© GettyIstock
Si vous avez récemment eu l'opportunité d'accroître votre patrimoine, peut-être avez-vous envisagé de vous faire accompagner par une instance capable de vous apporter un service personnalisé. C'est le cas des banques privées. Encore faut-il comprendre leur mode de fonctionnement ainsi que les formules qui peuvent vous être proposées.
Sommaire

La bonne nouvelle, c’est que vous venez de réaliser une belle plus-value sur une vente immobilière, que vous avez bénéficié d’une jolie indemnité de départ, que vous venez d’hériter de votre grand-tante Brigitte et que, pour couronner le tout, vous avez remporté la super cagnotte à l’Euro Millions. Chanceux et fin stratège que vous êtes, vous avez donc décidé de solliciter l’expertise d’un spécialiste. Lequel sera en mesure de vous conseiller, de vous accompagner et bien évidemment de gérer votre fortune comme il se doit. L’objectif étant de la faire fructifier. Mais si, comme quantité de personnes, vous avez souvent entendu parler des fameuses banques privées, le fait de franchir leurs portes est une autre histoire. Qui sont-elles ? Quels services privés sur-mesure peuvent-elles vous apporter ? Et comment choisir le contrat le plus adapté à votre situation ? On fait le point.

Qu’est-ce qu’une banque privée ?

Par banque privée, il faut comprendre : banque spécialisée dans la gestion de fortune ou de patrimoine de clients disposant de moyens conséquents et dont la mission consiste à leur adresser des services spécifiques en matière de déclaration d’impôt, d’investissements, de conseils de patrimoniaux, ou encore de successions. Pour bénéficier de ce type de services, celles-ci vous demanderont de disposer d’un minimum d’actifs financiers (à partir de 250 000 euros, 500 000 euros en moyenne). Parmi les banques privées les plus connues figurent notamment Edmond de Rothschild ou bien encore Neuflize OBC. Mais d’autres acteurs qui ne sont pas, à la base, positionnés en tant que tel mais davantage connus en tant que banques d’affaires, ont également pris le parti d’élargir leurs compétences pour vous servir. C’est le cas de JPMorgan pour les très grandes fortunes, ou bien encore d’Oddo Banque Privée et de sa clientèle plutôt orientée chefs d’entreprise.

Quelles questions se poser ?

Ceci étant rappelé, vous êtes donc sur le point de franchir les portes d’une banque privée. Au-delà du ticket d’entrée et donc du patrimoine dont vous devez disposer pour pouvoir intégrer ce monde feutré, il est essentiel pour vous d’appréhender les mécanismes qui régissent ce type d’instance et de vous poser un certain nombre de questions. Votre banquier privé agit-il seul ou s’entoure-t-il de spécialistes (avocats, CGPI, etc.) afin de mieux vous servir ? Assure-t-il une fonction de gérant de portefeuille ? Dans le cas contraire, à qui cette gestion est-elle déléguée ? Quelles garanties en matière de confidentialité vous propose-t-il ? Autant d’interrogations qui vous permettront de faire votre choix et de savoir quelle instance vous correspond le mieux en fonction de vos attentes, de vos projets, de votre appétence au risque et de votre patrimoine.

Choisir une formule adaptée

De fait, une fois toutes ces questions soulevées (et les réponses trouvées), votre banquier privé vous proposera différentes formules afin d’assurer la gestion de votre patrimoine. A titre d’exemple, vous pourrez parfaitement confier la gestion de votre patrimoine dans le cadre de ce que l’on appelle une gestion sous mandat (ou mandat de gestion). Dans ce cas, votre portefeuille sera géré à votre place puisque la banque privée se chargera d’effectuer pour vous les placements les plus judicieux. Une prestation pour laquelle il convient toutefois de demeurer vigilant. Notamment en ce qui concerne son prix. N’hésitez pas à vous renseigner au préalable sur la liste des tarifs et des prestations facturées.

Deuxième option : la gestion dite conseillée. Dans ce cas, l’arbitrage de votre portefeuille vous revient. Vous bénéficiez simplement de recommandations de la part de l’équipe de gestion.

Enfin, si les investissements dont vous pouvez tirer profit ainsi que le suivi des marchés n’ont aucun secret pour vous, vous pouvez parfaitement opter pour une gestion libre de votre patrimoine, ou bien encore panacher les trois formules.

Quoiqu’il en soit, veillez à bien vous renseigner quant à performances antérieures des mandats de gestion confiés à votre banque privée. Il existe, par ailleurs, différents classements recensant les acteurs de ce secteur qui vous permettront de vous faire une idée plus précise tant au niveau de la qualité de service apportée que des performances obtenues. Dernière précision, sachez qu’il est préférable de choisir une banque privée qui vous proposera des produits adaptés à votre situation personnelle, patrimoniale et financière mais qui sera, surtout, en mesure de vous adresser une vraie diversité de solutions qui sortent des fonds maison proposés par votre banque privée.

La disponibilité avant tout

Dernier point mais pas des moindres : le service client ! Lequel se doit naturellement d’être qualitatif. En cas d’absence de la part de votre banquier, d’autres intervenants devront être capables de prendre le relai et de vous répondre avec précision. C’est dans ce genre de détail (si tant est que l’on puisse considérer la relation client ainsi) que se trouve bien souvent la différence entre les acteurs intervenant dans ce secteur. Sans compter que le patrimoine géré par cette typologie d’instance financière est souvent plus que conséquent et qu’au regard de tous ces éléments, vous êtes en droit d’attendre une certaine disponibilité. D’où le fait que les grandes banques privées ne gèrent, en général, qu’une vingtaine de fortunes ou de familles. Si votre banquier privé est chargé d’assurer la gestion de centaines de clients dont vous, prudence. Les promesses qui vous auront été faites, ne pourraient, dans ce cas, pas toujours être tenues.