Si vous avez en votre possession un téléphone portable Hapi 30, commercialisé par l'opérateur Orange, ramenez-le en magasin. Son niveau d'exposition aux ondes électromagnétiques est bien trop élevé, révèle le magazine 60 millions de consommateurs. D'autres modèles pourraient suivre.
Capture d'écran Orange de l'Hapi 30

Le téléphone portable pourrait être dangereux pour la santé de ses utilisateurs, notamment à cause des ondes électromagnétiques qu'il dégage. En ce sens, l'opérateur Orange rappelle un modèle à clapet basique, le Hapi 30, qu'il commercialise sous sa propre marque. La situation est "inédite", selon le magazine 60 millions de consommateurs, qui révèle l'information.

En tout, des dizaines de milliers de consommateurs pourraient être concernés. La marque a déjà commencé à prévenir les utilisateurs, par courrier, à partir de la mi-mars. Il y est précisé que "des mesures de l'Agence Nationale des Fréquences (ANFR) ont permis de détecter un dépassement de la norme du débit dite d'absorption spécifique du tronc (DAS) fixée à 2W/kg". Mais, toujours selon le courrier, "ce dépassement intervient lors d'un cas d'usage rarissime : l'envoi d'un MMS sous couverture réseau 2G, alors que le clapet du mobile est fermé et qu'il est plaqué contre le corps".

 D'autres portables concernés ?

Cependant, "cette non-conformité ne présente aucun risque pour la santé ou la conformité", rassure l'opérateur qui insiste sur le respect des normes d'émission dans la situation d'utilisation habituelle, soit quand le clapet est ouvert. Si aucune étude scientifique ne démontre formellement la nocivité des ondes émises par les téléphones mobiles, quelques spécialistes recommandent d'appliquer le principe de précaution. Marc Arazi, un médecin et expert indépendant, alerte sur le fait que "les niveaux d’exposition aux radiofréquences annoncés par les fabricants de téléphones portables sont très largement dépassés en conditions réelles d’utilisation".

L'ANFR a depuis quelques mois renforcés ses contrôles. Elle dispose d'ailleurs de nouveaux pouvoirs de sanctions et peut donner des amendes à ceux qui ne respectent pas les normes d'émission. "Nous avons enregistré des dépassements sur quelques autres téléphones, précise Gilles Brégant, directeur général de l’ANFR, à 60 millions de consommateurs. Les procédures contradictoires sont en cours avec les constructeurs." La liste des modèles concernés devrait être publiée ensuite, à l'issue de la procédure.

A voir en vidéo - Téléphone portable : vers une directive européenne contre les ondes ?

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.