Placements : les évolutions à guetter en 2021
Votre rapport à l'épargne pourrait bien changer cette année. Et pour cause ! Entre l'inflation qui grimpe et la crise sanitaire, il y a du soucis à se faire...

L’inflation est de retour ! Et les épargnants ont donc largement matière à s’inquiéter… puisqu’il s’agit-là de leur ennemi le plus naturel. Ou, a minima, d’une menace réelle sur leurs finances. La vraie question, souligne d’ailleurs Le Monde, est d’ores et déjà posée : le phénomène est-il transitoire ? Si oui, l’angoisse ne devrait pas durer. Est-il pérenne ? Auquel cas, la situation pourrait s’avérer nettement plus dramatique pour les bas de laine des Françaises et des Français. Hélas, la réponse n’est pas (encore ?) évidente et le débat fait rage.

A la fin du mois de mai, poursuit le quotidien du soir, les prix à la consommation avaient grimpé de 5% sur une année glissante aux Etats-Unis. En zone euro, note le journal La Croix sur son site, la poussée de fièvre était de 3% en août. C’est plus que ce que n’en voulait la Banque centrale européenne (BCE), qui avait fixé les objectifs d’inflation sur le sol de l’Union à 2%. Le phénomène, nul ne peut en douter, est mondial. Reste donc à comprendre quel sera l’impact exact de ce phénomène en France… Plus d’informations à ce sujet dans notre diaporama.

Peut-on protéger son épargne de l’inflation ?

Rappelons cependant qu’il est possible de protéger son épargne en cas de période inflationniste. Cela passe par le choix de placements spécifiques, qu’il fait bon privilégier, indique la banque Boursorama sur son site d’informations. Pensez donc à l’or ! Il s’agit d’une valeur refuge “traditionnellement utilisée comme rempart contre l’inflation”, notamment parce que “son cours tend à s’apprécier aussi vite, voire bien plus vite que l’augmentation des prix”. A bon entendeur…

Vous pouvez aussi opter pour l’immobilier ou les matières premières. En bref, des actifs tangibles.

1 - L'assurance-vie s'effrite

1/5
1 - L'assurance-vie s'effrite

Inflation oblige, l'assurance-vie devrait être moins intéressante en 2021. Ce placement tire l'essentiel de son rendement des titres obligataires dont disposent de longue dates les assureurs, rappelle Capital. Or, ceux-ci rapportent moins. Dès lors, il faut s'attendre à un rendement de 1% cette année. C'est moins qu'en 2020...

2 - Les livrets bancaires sont-ils toujours aussi intéressants ?

2/5
2 - Les livrets bancaires sont-ils toujours aussi intéressants ?

Les livrets bancaires, dont fait partie le Livret A, ne seront pas les plus intéressants des produits d'épargne en 2021. Leurs rendement sont faibles - certains n'excèdent pas les 0,10%, soit moins que le taux du Livret A à 0,50% - ce qui ne permet pas de supplanter l'inflation. En somme, les épargnants perdent donc de l'argent, indique encore Capital.

3 - Quid des obligations ?

3/5
3 - Quid des obligations ?

Là encore, poursuit Capital, de nombreux épargnants pourraient perdre de l'argent. La hausse des taux des longs (utilisée pour le calcul du rendement des obligations), bien que probable, devrait être modeste. Il n'est pas dit qu'elle puisse offrir une rentabilité supérieur à l'inflation. Soyez vigilants, d'autant que les obligations anciennes acquises pourraient voir leurs capacités rémunératrices chuter si de nouvelles les remplacent.

4 - Vos crédits immobiliers vous coûteront plus cher

4/5
4 - Vos crédits immobiliers vous coûteront plus cher

Vous aviez prévu d'emprunter cette année ? Il serait peut-être pertinent de le faire vite... Ou de se décider à attendre ! Les taux devraient, en effet, remonter progressivement à compter de 2021. La hausse, informe Capital, ne devrait pas être particulièrement insurmontable, mais force est de constater que les banquiers devront répercuter l'inflation sur leurs services.

Voir la suite du diaporama

5 - Quels placements éviter pour ne pas voir ses bas de laine s'effiler ?

5/5
5 - Quels placements éviter pour ne pas voir ses bas de laine s'effiler ?

L'inflation, c'est mécanique, fait diminuer le pouvoir d'achat. Il faut donc éviter les placements à capital garanti si l'on souhaite conserver son épargne de précaution. De la même façon, les fonds euros ne sont pas pertinents et les valeurs défensives de la Bourse ont du mal à s'adapter, souligne Boursorama. A bon entendeur.