Sortir de la bourse et mettre le cap sur les placements garantis par l'Etat, l'assurance-vie et la pierre sont les meilleures solutions pour bunkériser votre patrimoine.
Istock

Les prévisions de croissance mondiales sont revues à la baisse, les marchés financiers hésitent sur la direction à prendre et la guerre commerciale que les Etats-Unis ont entamée contre le reste du monde brouille la donne économique.

Dans ce contexte, de nombreux épargnants souhaitent vendre tout ou partie de leur portefeuille boursier et placer leur épargne en la préservant des aléas de la conjoncture.

Pour protéger son pécule, il faut la placer sur un actif qui permettra de retrouver un capital préservé à l’échéance. Cette sécurité est généralement incompatible avec le rendement. Aussi faut-il écarter d’emblée les actions, les placements exotiques (vin, diamant, panneaux solaires, etc.) et, de façon plus générale, tous les placements dont on ne comprend pas la mécanique.

Publicité
Publicité

Livrets défiscalisés : un bon plan malgré de faibles taux ? 

Autant oublier les Sicav monétaires. Elles ne rapportent rien. Pour placer à court terme, mieux vaut préférer les livrets défiscalisés. En France, la rémunération de ces produits d’épargne (Livrets A, LDD, LEP, etc.) est fixée de façon réglementaire.

La performance de ces placements réglementés ne permet pas de compenser l’inflation, mais le rendement annoncé, par exemple 0,75% pour le livret A, est net d’impôt. Selon l’importance de l’épargne dont on dispose la meilleure solution est de saturer plusieurs comptes d’épargne réglementés si, comme le LEP, ils ne sont pas soumis à conditions de ressource. Liquides et sans frais, ces livrets garantis par l’Etat sont couvertes jusqu’à 100 000 euros par client et par établissement par le Fonds de garantie des dépôts et de résolution.