Une étude américaine tend à prouver que les oiseaux sont dotés d’un sixième sens. Celui-ci leur permettrait de fuir les événements météorologiques de grande ampleur bien avant qu'ils ne se déclarent.

Les oiseaux ont-ils un sixième sens ? C’est la question que s’est posée une équipe de chercheurs de l’université de Berkeley en Californie. Elle s’est intéressée de près à la migration des parulines à ailes dorées, une espèce de passereaux, après que ces derniers ont fui une forte tempête qui s’était abattue sur le Tennessee en avril 2014. Le résultat de leurs recherches est paru jeudi dans la revue américaine Current Biology (article en anglais).

1500 kilomètres en cinq jours

Les scientifiques étudiaient déjà les déplacements de ces volatiles dans le ciel à l’aide de micro-balises de géolocalisation, rapporte l'AFP. Cela leur a permis de se rendre compte que les passereaux avaient quitté la zone un à deux jours avant l’arrivée de la tempête. "Au moment où les spécialistes de la chaîne météo nous disaient que la tempête se dirigeait dans notre direction, les oiseaux se préparaient à quitter la région", explique Henry Streby, chercheur au département des Sciences environnementales de Berkeley.

Selon l’équipe de recherche, les oiseaux auraient quitté la zone de reproduction ralliée quelques jours plus tôt pour parcourir près de 1500 kilomètres en cinq jours et fuir cette tempête qui a fait 35 morts. "Le plus curieux, c’est que ces oiseaux ont quitté ces lieux longtemps avant l’arrivée de la tourmente", souligne le scientifique.

Les infrasons, clé du mystère

La réponse se trouve dans les infrasons. En effet, les oiseaux seraient capables d’entendre ces sons à très basse fréquence qui voyagent sur de longues distances. "Les météorologues et les physiciens savent depuis longtemps que les tempêtes qui génèrent des tornades produisent de puissantes émissions d’infrasons qui voyagent sur des milliers de kilomètres et à des fréquences auxquelles ces oiseaux sont les plus sensibles", précise à ce titre Henry Streby. La tempête au Tennessee, qui a en outre provoqué près de 84 tornades, a donc été perçue par les parulines à ailes dorées bien assez tôt pour qu’elles puissent quitter les lieux.

Un avantage face au réchauffement climatique

Publicité
Les chercheurs sont également parvenus à montrer que si les oiseaux suivent toujours les mêmes routes migratoires annuelles, ils sont aussi capables d’effectuer des mouvements en dehors de leurs périodes de migration quand la situation l’exige. Selon les scientifiques, ce sixième sens propre aux oiseaux leur donnerait un avantage certain face au réchauffement climatique. En effet, celui-ci serait à l’origine d’une augmentation de la fréquence et de l’intensité des cataclysmes climatiques comme les tornades ou les tempêtes. "Cela signifie que concernant le réchauffement du climat, les oiseaux devraient mieux y faire face que ce que certains ont prédit", se réjouit Henry Streby.

Vidéo sur le même thème - Iles anglo-normandes : Aurigny, le paradis des oiseaux migrateurs 

mots-clés : Oiseaux, événement

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité