Mystère des pyramides : le facteur normand ne l'aurait finalement pas résolugetty
L’ancien facteur normand, égyptologue amateur, n’aurait finalement pas percé le mystère de l’édification des pyramides. Si sa théorie est valable, rien ne prouve sa véracité.

Nous avions déjà parlé de Michel Michel, ancien postier de 64 ans passionné d’Egypte, et de sa théorie résolvant le mystère de la construction des pyramides.

A lire aussi : Le mystère des pyramides enfin résolu ?

D’après lui, les rampes permettant d’acheminer les pierres vers les monuments n’étaient pas externes mais internes. Un processus qui permettait de faire fusionner ces rampes en pierre à la structure de la pyramide.

Aujourd'hui, il refait parler de lui car sa théorie ne serait pas la solution au mystère des pyramides.

"On ne peut donc qu’émettre des hypothèses"

Publicité
Publicité

Si elle paraît des plus ingénieuses, au point de rallier des chercheurs reconnus à la cause de l'ancien postier, elle reste toutefois une hypothèse parmi tant d’autres.

Pour Franck Monnier, ingénieur spécialisé en architecture égyptienne, rien ne peut prouver sa véracité.

A lire aussi : Egypte : 17 nouvelles pyramides découvertes par un satellite de la NASA

"Toutes époques confondues, aucun document ni aucune image qui rendrait compte, même vaguement, des méthodes de construction des pyramides n’a été retrouvé. On ne peut donc qu’émettre des hypothèses", explique-t-il pour Konbini.

Elle soulève même quelques difficultés puisqu’elle ne tient pas compte de l’espace sur lequel mettre les ouvriers par rapport aux rampes internes.

Il faut également pouvoir résoudre le mystère du temps, relativement rapide, de construction de ces édifices vieux de près de 5 000 ans. En moyenne, il a fallu 26 ans aux Egyptiens pour acheminer et assembler les 2 500 000 mètres cubes de pierres de la pyramide de Khéops.

Une palette de théories

Autant de questions encore sans réponses qui engendrent tout un florilège d’hypothèses parfois incertaines.

Les égyptologues sont ainsi partis du principe que chaque pyramide était conçue selon un modèle unique avec des rampes externes. "En découvrant la construction de la plus grande on aurait les moyens de comprendre la construction des petites", indique Franck Monnier.

A lire aussi : Dans le secret des pyramides englouties de Yonaguni

Mais après avoir réfuté cette théorie, d’autres ont penché pour des "rampes droites inclinées (…) qui devaient dépasser la hauteur de la construction de la pyramide elle-même".

Les plus inventifs ont quant à eux imaginé des machines s’utilisant comme des grues. Des hypothèses qui ont vite été écartées compte tenu des technologies rudimentaires de l’époque.

Toutefois, la théorie de l’ancien postier est loin d’être absurde. L’ingénieur qui rédige actuellement un ouvrage sur les pyramides prend en compte ses résultats. Michel Michel apporte donc sa pierre à l’édifice.

A voir sur le même thème : Egypte : bientôt le réouverture de l'esplanade du Sphinx