Reverdir les villes : la solution miracle ?

Toutefois, plusieurs solutions existent déjà pour lutter contre les pics de chaleur, ou du moins pour en estomper l’intensité. Repeindre les toits des villes à l’aide d’une peinture de couleur blanche réflective permet, par exemple, d’emmagasiner moins de chaleur. Autre solution : asperger les rues d’eau pour les rafraîchir.

Pour Marc Barra, ces solutions ne sont néanmoins pas très satisfaisantes sur le long terme. "Gaspiller de l’eau au moment où on en a le plus besoin n’est pas forcément une bonne idée. De même que repeindre des bâtiments en blanc revient à utiliser des tonnes de peinture, ce qui n’est pas forcément bon pour le bilan carbone", analyse-t-il. Selon l’expert, la meilleure solution reste de reverdir les villes : "une rue végétalisée peut permettre un rafraîchissement local de 1 à 4°C. Plus la superficie végétalisée est importante, plus le rayon de rafraîchissement ressenti est important. Durant la dernière canicule, des écarts de température allant jusqu’à 8°C ont été enregistrés entre Paris et sa périphérie, beaucoup plus verte".

Créer des espaces verts, favoriser les forêts urbaines, planter plus d’arbres sur les trottoirs, végétaliser les toits et façades des bâtiments sont autant de solutions envisagées pour reverdir les villes et lutter contre le réchauffement climatique. De plus, elles ne sont pas utiles qu’en été. "Lors des forts orages hivernaux, la végétation permet d’éponger l’eau", explique Marc Barra tout en ajoutant que "végétaliser coûte également moins cher que les solutions techniques comme repeindre les toits en blanc". Un retour à la nature auquel de nombreux citadins aspirent d’ores et déjà en cette période estivale.

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.