Racheter des points de retraite complémentaire pour combler vos années civiles incomplètes sera possible en 2019. Si vous comptiez profiter de ce dispositif, son rendement pourrait vous décevoir.
Istock

Retraite complémentaire : un rachat de points inédit

Faux espoir de gain ?Jusqu’à présent, le rachat de points de retraite complémentaire, qui s’effectuait à la suite du rachat de trimestres auprès du régime de base, était réservé aux années d’études supérieures. En effet, comme le rappelle Capital, chaque année d’études supérieures rachetée donnait la possibilité aux assurés d’obtenir 70 points auprès de l’Arrco et/ou 70 points auprès de l’Agirc.

La limite, fixée au rachat de 3 années, permettait donc d’obtenir 210 points supplémentaires dans chaque régime. Ils étaient ensuite convertis en montants de pension au moment de la retraite, selon leur valeur à cette échéance.

Publicité

Mais la fusion Agirc-Arrco change la donne. Car dès le 1er janvier 2019, cette possibilité sera étendue aux années civiles incomplètes (moins de 4 trimestres).

Est-ce pour autant réellement intéressant ? Pas si sûr…

A lire aussi :  CSG : les couples retraités laissés-pour-compte

Publicité
Publicité

Retraite complémentaire : un intérêt discutable

Même si le barème applicable aux rachats n’est pas encore établi pour 2019, l’estimation effectuée par Capital grâce aux précédents tarifs raisonne comme un désenchantement.

Si l’on part du fait que seul 140 points par an, sur 3 années maximum (soit 420 points) peuvent être rachetés, l’enjeu maximum de supplément de retraite se situe en moyenne à 529 euros annuel : 420 points x 1,2588 euro, quel que soit le niveau de salaire.

L’inconvénient, c’est le coefficient qui vous sera attribué. Il dépendra en effet de votre âge et donc de votre espérance de vie. Le coût du rachat sera de fait égal à la valeur du point au moment du rachat, multiplié par le coefficient obtenu. La somme sera, comme pour les trimestres rachetés auprès du régime de base, déductibles du salaire imposable.

Publicité

En guise d'exemple, Capital se base sur le barème de l’an dernier. Pour un rachat à 61 ans, le coefficient retenu serait de 23,9. Résultat, il vous faudrait verser 12.636 euros (420 x 1,2588 x 23,9) pour obtenir ce supplément de 529 euros annuel.

Combien de temps vous faudrait-il alors pour récupérer votre mise ?Hors avantage fiscal, comptez 23,9 ans ! Soit votre espérance de vie moyenne une fois à la retraite…

Mieux vaut donc y réfléchir à deux fois avant de vous lancer dans cette procédure.