Les zones d'ombre autour de la valeur du point masqueraient-elles d'autres problèmes ? La direction prise par le gouvernement pourrait être la moins favorable aux retraités. En voici les raisons.
Retraite : pourquoi vous devriez vraiment vous inquiéter de la valeur du pointIllustrationIstock

La revalorisation du point enflamme les débats. Ce paramètre essentiel au calcul du montant des pensions dans le futur régime universel est en effet au cœur des inquiétudes des Français. Pour tenter d’apaiser la situation, le gouvernement n’a eu de cesse de répéter que la valeur des points ne pourrait pas baisser. "La loi prévoira une indexation progressive non pas sur les prix, comme aujourd'hui, mais sur les salaires (moyens Ndlr), qui augmentent plus vite que l'inflation", a même assuré Edouard Philippe en décembre dernier.

Pourtant, cette promesse ne sera pas tenue. Contrairement à ce qui a été annoncé dans l’étude d’impact, les points de retraite seront finalement indexés chaque année sur le "revenu moyen d'activité par tête", à partir de 2045, précise le projet de loi. 

"Revenu moyen d'activité par tête" : l'indicateur n’existe pas

Problème, cette statistique complexe n’existe pas aujourd'hui dans les comptes de l’Insee, rapporte L’Express.

"Le cahier des charges est prêt, précise un conseiller. Ce sera la somme des revenus d'activité pondérée par le poids que représente chaque catégorie professionnelle : 70% pour les salariés, 20% pour les traitements des fonctionnaires, 10% pour les indépendants."

Si cela semble "cohérent "pour Vincent Touzé, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), la revalorisation serait moins favorable que celle initialement annoncée.

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Vidéo : Carrière longue : quelles conditions pour un départ anticipé ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.