Selon les projections du Conseil d'orientation des retraites, une tendance actuelle devrait s'inverser. Découvrez laquelle.
IllustrationIstock

Vers la fin des inégalités ? Aujourd’hui, les femmes partent généralement plus tard que les hommes à la retraite et bénéficient d’une pension moindre. Le constat est indéniable : salaires moins élevés, interruptions de carrière dus à la maternité, temps partiel… Tout cela ne permet pas aux femmes d’obtenir un nombre de trimestres suffisants à 62 ans. Nombreuses sont alors celles qui décident de prolonger leur carrière, rapporte Capital.

Publicité

Selon la version provisoire du rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites (Cor), qui doit être présentée ce jeudi 13 juin, ce phénomène tend à évoluer.

Publicité

Pour cette sixième édition, le conseil a procédé "à une actualisation des projections à court, moyen et long terme du système de retraite". Le rapport, qui consacre une partie "aux évolutions démographiques (fécondité, mortalité, etc.) et économiques (chômage, salaires, productivité etc.)", se base sur les observations du passé.

Objectif ? Déterminer les mutations à venir en fonction de différents scénarios.

Retraite : une situation inédite

Les femmes nées dans les années 30 ont cessé leur activité professionnelle vers 61,6 ans. Soit environ un an et demi après les hommes. L’écart s’est toutefois réduit à partir des générations nées en 1942 : il était inférieur à un an.

La tendance devrait en revanche s’inverser à partir des générations nées à la fin des années 70. Celles qui en font parties pourraient en effet partir à la retraite un ou deux mois avant les hommes en moyenne.

Comment expliquer ce changement ? Plusieurs facteurs le prédisent…

Vidéo sur le même thème : Retraite : ce que vont perdre les oubliés de l'Etat