Vive polémique. Jean-Paul Delevoye a-t-il joué sur les durées de cotisation pour "embellir" le projet d'harmonisation des retraites ? Des experts dénoncent des simulations trompeuses.
IllustrationIstock

Tente-t-on par tous les moyens de tromper les Français ? Le projet de réforme des retraites ne cesse de diviser. Depuis la présentation du rapport du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, les polémiques enflent. Syndicats et experts ont d’ailleurs passé au crible les 130 pages détaillant "le big bang annoncé pour 2025", rapporte Le Parisien.

Leurs conclusions sont sans appel. La manipulation des chiffres permettrait de faire plus de gagnants que de perdants…

Réforme des retraites : une méthodologie mensongère ?

Le collectif nommé "reformedesretraites.fr", a en effet dénoncé ce jeudi 25 juillet, des calculs erronés. Dans le rapport, le gouvernement compte la différence entre le montant des pensions qu’un retraité français aurait dû percevoir avec le système actuel, puis le nouveau, précise France Info.

Or, ce comité d’une quinzaine de personnes (syndicaliste, économiste, enseignant, fonctionnaire, chef d'entreprise, etc.), créé il y a un mois, s’est rendu compte que pour effectuer le calcul du montant des retraites actuelles, une durée de cotisation fictive a été utilisée. Cette mention est d’ailleurs précisée en annexe dans la méthodologie (page 143).

"Dans la situation hors système universel, la durée d'assurance requise a été prolongée au-delà de celle prévue par la législation actuelle, selon le même rythme que lors de la réforme de 2014 (augmentation de 1 trimestre toutes les 3 générations). La durée d'assurance requise s'établit respectivement à 43 ans et 6 mois et 44 ans et 36 mois pour les générations 1980 et 1990", peut-on notamment y lire.

Vidéo : Retraite : la réforme purement comptable qui fait parler

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.