Trois hommes ont été présentés à la justice ce vendredi pour des faits d'escroquerie, faux et usages de faux et abus de confiance à l'encontre du Pôle Emploi de Bobigny. Ils auraient des subventions pour des contrats aidés... totalement fictifs. Tous les détails avec Planet.fr.
© AFPAFP

© AFPCe vendredi soir, trois hommes ont été présentés au juge d'instruction du tribunal de Bobigny pour escroquerie, faux et usage de faux, et abus de confiance. L'un d'eux a été mis en examen immédiatement. Les deux autres devraient subir le même sort.

Il leur est reproché d'avoir détourné pas moins de 800 000 euros reçus de la part de Pôle Emploi et qui devaient normalement participer à l'embauche d'animateurs en contrats aidés. Selon Le Parisien, une soixantaine de ces contrats aidés CUI-CAE (contrat unique d'insertion - contrat d'accompagnement dans l'emploi) auraient été purement et simplement fictifs. Pourtant, dès septembre 2013, Pôle Emploi avait sonné le signal d'alerte en remarquant que des contrats signés avec une association de Bobigny n'avaient jamais été suivis de formation.

Pour financer des voyages à DubaïUn policier explique au Parisien que "par ailleurs, aucun salarié censé avoir été embauché par cette structure ne s'est présenté aux différentes convocations délivrées par Pôle emploi. Cette escroquerie a débuté au cours de l'année 2012. Cette première association a touché indûment près de 100 000 euros". Au cours de l'enquête, la police se rend compte que le FC Bobigny, club de football, a aussi profité de cette escroquerie. "Le président de l'association ADJ (la première association, NDLR) était également impliqué dans ce club de foot. Son président, qui n'était pas présent à son domicile à l'arrivée de la police, est activement recherché. Cette structure a perçu plus de 330 000 euros".

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.