A quelques jours du second tour des élections municipales, les différents partis politiques sont en ordre de bataille. Et pour contrer l'avancée de leur rival, certains ont été jusqu'à monter de véritables coalitions avec leurs autres ex-adversaires.

La gauche avec la droite, la droite avec la gauche et même la droite avec l’extrême droite. Mardi, les différents partis politiques ont déposé leurs listes pour le second tour des élections municipales. Et ce dépôt s’est soldé par quelques surprises. En effet, certains n’ont pas hésité à fusionner leur liste avec celle d’autre parti, pourtant opposé, pour tenter d’empêcher un rival commun de l’emporter.

Fusion de droite avec le Front National

Pour contrer la candidate communiste Sylvie Altman qui est arrivée en tête du premier tour à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), une bonne partie de la liste de la candidate FN Dominique Joly a rejoint mardi celle du candidat Divers droite Philippe Gaudin.

Un second accord a été conclu entre une liste FN et une liste DVD à L’Hôpital (Moselle), pour empêcher l’éventuelle victoire de la liste de gauche arrivée en tête dimanche.

Le parti de Marine Le Pen apportera par ailleurs son soutien à la liste Divers droite de Sevran (Seine-Saint-Denis) pour empêcher la victoire du maire sortant écologiste Stéphane Gatignon qui a récolté 42,50% des voix au premier tour.

Fusion de la gauche avec la droite

A Villejuif (Val-de-Marne), les candidats écologistes, centristes et Divers gauche se sont rassemblés derrière le candidat UMP Franck Le Bohellec pour renverser la maire sortante communiste Claudine Cordillot. Cette dernière est arrivée en tête du premier tour avec 32,7% des voix.

A Marseille (Bouches-du-Rhône), le maire sortant UMP Jean-Claude Gaudin - pourtant arrivé en tête du premier tour avec 37,64% - s’est allié avec deux maires de secteur sortants dont la guériniste Lisette Narducci.

Fusion de la droite avec la gauche

A Lens (Pas-de-Calais), le dissident socialiste Arnaud Sanchez a reçu les soutiens de la candidate UMP-UDI-MoDem Sophie Gauthy et du candidat Divers gauche Sébastien Plociniczak. Leur objectif étant de battre le maire sortant PS Sylvain Robert qui est arrivé en tête dimanche avec 27,52%.

Dans le 4e arrondissement de Paris, la liste Divers droite s’est ralliée à celle du PS pour empêcher la victoire du candidat UMP Vincent Roger, lequel a est arrivé en tête du premier tour. Dans le 18e arrondissement de la capitale, c’est la dissidente UMP Roxane Decorte qui, pour contrer le candidat officiellement soutenu par l’opposition, a rejoint la liste PS.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.