Député, Premier ministre puis Sage… Alain Juppé collectionne depuis longtemps les postes prestigieux et bien rémunérés. Son patrimoine le montre bien.

La somptueuse fortune d’Alain Juppé : un patrimoine immobilier imposable à l’IFI ?

"Je mets aujourd’hui en ligne sur ce blog ma dernière déclaration de patrimoine. Je le fais, non par vertu mais pour céder à la pression politico-médiatique. Le déballage grotesque auquel nous assistons depuis quelques jours en dit long sur le délabrement de l’esprit public en France", s’indignait l’ancien Premier ministre en 2013, alors en campagne pour la mairie de Bordeaux.

Dans sa déclaration, Alain Juppé indique être copropriétaire d’un appartement de 90 m² situé dans le XVIème arrondissement de Paris, dont la valeur vénale était estimée à 750 000 euros. Il dit également posséder en copropriété une impressionnante maison bordelaise de 135 m² dont le prix exact en 2013 s’établissait alors à 550 000 euros. Enfin, il a aussi hérité d’une demeure, dont la taille n’est pas spécifiée, à Hossegor, dans les Landes. Elle était alors estimée à 1,2 million d’euros. Auxquels s’ajoutent un ensemble de meubles personnels dont le prix s’élevait à 129 000 euros.

Publicité
Publicité

Pour rappel, le plafond pour être imposable à l’impôt sur la fortune immobilière est de 1,3 million d’euros. Un montant que le patrimoine immobilier de l’ancien élu Girondin dépassait largement en 2013.

Par ailleurs, Alain Juppé déclarait avoir plusieurs actions à la BRED, pour une somme totale de 1852 euros. Il était également titulaire d’un contrat d’assurance-vie estimé à 160 453, 30 euros et d’un Livret A crédité de 15 740,85 euros. Sans oublier ses deux comptes courants, sur lesquels il avait placé respectivement 12 060,69 euros et 13 074,36 euros.

Enfin, le Sage assure aussi détenir une Toyota modèle Prius, achetée en 2006. En 2013, la voiture ne valait plus que 9 500 euros, contre un prix d’achat original de 26 500 euros.