vins d
Les vins d'Alsace doivent habituellement être consommés plutôt jeunes (cinq années après leur récolte). Mais les grands millésimes de cépages plus "corsés", les grands crus et les vendanges tardives peuvent vieillir. Du sylvaner au riesling en passant par le tokay et le pinot, passage en revue...

1. Les sept cépages des vins d'Alsace

Sylvaner : vin blanc léger, désaltérant, au fruité discret. Conseillé pour les fruits de mer, les poissons, les charcuteries... A boire jeune.

Riesling : vin blanc racé et sec au goût fruité prononcé mais délicat. Conseillé pour accompagner la choucroute, les poissons, crustacés et fruits de mer.

Gewurztraminer : vin blanc sec, racé, aromatique et opulent réputé pour "enchanter" le nez et "remplir" la bouche. Il peut se boire seul à l'apéritif ou accompagner des plats relevés ou exotiques. Conseillé également pour accompagner le foie gras ou des fromages forts comme le Roquefort, le Pont l'Evêque ou le Munster.

Pinot blanc : vin blanc souple, tendre, délicat, harmonieux. Recommandé lorsqu'un vin blanc sec s'impose (entrées, poissons, volailles) ou à l'apéritif (kir). A boire jeune.

Publicité

Muscat d'Alsace : vin blanc au fruité des raisins muscats d'Alsace. Conseillé à l'apéritif, au dessert ou avec les... asperges. A boire jeune.

Tokay-pinot gris : vin puissant, charpenté, rond, subtil aux arômes complexes. Conseillé pour accompagner les entrées (surtout le foie gras) comme les plats de résistance.

Pinot noir : vin rosé ou rouge (unique en Alsace). Ce vin corsé, délicatement fruité, souligné de tanin peut avoir vieilli en fût de chêne. Conseillé avec les gibiers, viandes rouges et fromages.

Crémant d'Alsace : vin (brut, blancs de noirs, extra brut, rosé, Riesling) vinifié selon la méthode champenoise à déguster à l'apéritif ou au dessert ou, pourquoi pas, tout au long d'un repas.