Si elle a su "dédiaboliser" le FN, Marine Le Pen ne se prive pas pour autant de marcher parfois sur les traces de son père. A coups de petites phrases incisives et de provocations polémiques. Extraits.

Viande halal Convention du Front national à Lille, le 18 février 2012.Nicolas SarkozyExtrême gaucheEn visite à la Réunion, le 7 février 2012, Marine Le Pen est prise à partie par des manifestants répondant notamment à l'appel du Front de gauche et du Mouvement des jeunes socialistes. Jean-Luc MélenchonLe 19 janvier 2012, en réponse aux propos de Jean-Luc Mélenchon qui qualifiait la veille Marine Le Pen de "semi-démente".Claude GuéantEn conférence de presse consacrée à dénoncer les "profits du CAC 40", le 17 mars 2011.ImmigrationLe 25 février 2011, à propos du "printemps arabe" et de ses réfugiés...OccupationLe 10 décembre 2010, lors d'une réunion à Lyon avec 250 à 300 adhérents du FN, durant la campagne pour prendre la tête du parti.Michel DruckerLe 7 décembre 2010 sur Radio Classique, Marine Le Pen s'emporte contre Michel Drucker qui refuse de l'inviter dans son émission "Vivement dimanche", sur France 2.Minarets Le 6 décembre 2009, dans l'émission "Dimanche Politique" sur I-Télé, en réaction à l'interdiction des minarets en Suisse (venant d'être votée).Frédéric Mitterrand

Le 5 octobre 2009, dans "Mots croisés" sur France 2, Marine le Pen accuse Frédéric Mitterrand... Par conséquent, elle demande la démission du ministre de la Culture. Ce dernier gardera son poste mais viendra, en réponse à la polémique engendrée, s'exprimer et "défendre son honneur" au JT de TF1 quelques jours plus tard.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité