Et les frais de représentation ?

Les indemnités de fonction sont cumulables avec d'autres sources de revenus (d'autres indemnités de fonction, des allocations de chômage ou une pension de retraite, par exemple).De plus, à ces indemnités de fonction, plafonnées, imposables et soumises à des prélèvements comme tout salaire (cotisations sociales et cotisation retraite, notamment), s'ajoutent bien souvent un autre type d'indemnités : les indemnités de représentation.C'est une somme qui peut être allouée au maire, toujours par le conseil municipal, afin de couvrir les dépenses qu'il est amené à engager dans le cadre de ses fonctions (organiser des réceptions ou des réunions publiques, par exemple). Ces indemnisations, sortes d'avances sur frais, ne sont pas obligatoires : le maire peut bénéficier du remboursement des frais qu'il engage pour les besoins de la collectivité durant son mandat.Ces indemnités de représentation ne sont pas imposables, et leur montant n'est pas plafonné : la seule obligation, en la matière, c'est que leur montant soit compatible avec l'état des finances de la commune. Mais le flou qui entoure leur utilisation (où s'arrête la "représentation" et où commence l'intérêt personnel ?) est au cœur de scandales tels que l'affaire des "frais de bouche" des époux Chirac à la Mairie de Paris (qui avait débouché sur un non-lieu).