Depuis les événements tragiques de Fukushima, la question du nucléaire est revenue en première ligne du débat politique. Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn, Marine Le Pen, Nicolas Hulot... tous les présidentiables ont exprimé leur position. Petit tour d'horizon avec 2012 en ligne de mire.

Nicolas Sarkozy

 Nicolas Sarkozy, lors du Conseil des ministres du mercredi 16 mars, a réaffirmé publiquement son attachement à la politique énergétique nucléaire française: "Je demeure convaincu de la pertinence de sont reconnues mondialement"

Les opposants au nucléaire ont fortement réagi à ces affirmations du chef de l'Etat. Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France, a accusé Nicolas Sarkozy de "privilégier la santé de l'industrie nucléaire à celle des Français". "Ce sont les Français qui doivent décider si la France doit ou non continuer de recourir à cette énergie hautement dangereuse, et pas un président en fin de quinquennat et à bout de souffle", a ajouté le porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, François Mativet.

Le porte-parole du gouvernement et Ministre François Baroin a suggéré aux opposants au nucléaire d'attendre les élections de 2012 pour remettre sur la table un débat qui n'a selon lui pas lieu d'être aujourd'hui : "Si ça doit être au cœur du débat public de la part de certains, certains porteront ces choix." 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.