Depuis les événements tragiques de Fukushima, la question du nucléaire est revenue en première ligne du débat politique. Nicolas Sarkozy est resté ferme et exclut un débat national ou un référendum. Il n'empêche que les ministres Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie) et Eric Besson (Industrie) se mobilisent pour suivre les événements au Japon et les risques potentiels

© Nicolas Sarkozy reste ferme sur la question du nucléaire français
Nicolas Sarkozy, lors du Conseil des ministres du mercredi 16 mars, a réaffirmé publiquement son attachement à la politique énergétique nucléaire française: "Je demeure convaincu de la pertinence de [ce] choix" qui est un "élément essentiel de l'indépendance énergétique".

Nathalie Kosciusko-Morizet et Eric Besson très inquiets sur le Japon, mais confiants pour la France
Mardi 15 mars, les deux ministres ne cachaient pas leurs inquiétudes sur la situation au Japon. Convoqués à Matignon pour une réunion de crise, ils s'étaient alors exprimés en termes peu confiants. Nathalie Kosciusko-Morizet avait déclaré : "On s'achemine vers une catastrophe nucléaire" dans ce pays, car "il y a un risque de déconfinement sur le réacteur numéro deux" de la centrale de Fukushima, avant d'ajouter: "c'est le pire scénario".
Eric Besson avait lui déclaré que le Japon était "sur le chemin" de la catastrophe nucléaire, jugeant la radioactivité dans la zone à un niveau "extrêmement inquiétant".

Mercredi 16 mars, le Président de l'Assemblée nationale a invité les ministres de l'Industrie et de l'Ecologie à s'exprimer aux côtés des représentants de la filière nucléaire. Ce fut l'occasion pour les deux ministres de rassurer les élus sur la situation du parc nucléaire français, et d'annoncer qu'à l'exemple de l'Allemagne, les plus anciennes centrales subissaient un contrôle de sécurité.

Publicité
Rassurer les Français sur les risques liés à Fukushima
"Le scénario du pire est possible et même probable". Pour la première fois, la Ministre de l'Ecologie a évoqué les risques potentiels pour la France, si les problèmes n'étaient pas réglés à Fukushima. Mentionnant les retombées sur une grande partie de l'hémisphère nord "si on va au bout du scénario catastrophe", Nathalie Kosciusko-Morizet a parlé d'exposition pour Saint-Pierre-et-Miquelon, et non forcément le Pacifique sud. En revanche, elle a assuré que l'exposition subie dans le pire des cas "y compris, dans de petites proportions, en France métropolitaine" ne seront "jamais des niveaux qui poseraient des problèmes sanitaires pour les Français".
 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité