Au moins le sujet est-il finalement à l'ordre du jour…

Les journalistes ont tendance à l'oublier, mais la méthode du Président-candidat permanent est toujours la même. Un peu d'agitation, on attache plus d'importance à la communication politique qu'aux résultats. De six mois en six mois, on apprend depuis 2008 que la réforme est reportée : au final, on nous annonce qu'il n'y aura pas de grande réforme avant la prochaine présidentielle.

Pourquoi cela ? Tout simplement parce qu'ils ont pris du recul par rapport aux premières déclarations. Nous savons qu'une vraie réforme impliquerait de mettre  un peu d'argent sur la table. Le gouvernement n'a pas envie de faire ce choix qui serait celui d'un renforcement de la solidarité nationale.

Les différents rapports parlementaires qui ont été produits vont-ils dans la direction prise par le gouvernement ?

Il y a des différences subtiles mais majeures entre le rapport de la Députée Valérie Rosso-Debord et celui du Sénateur Marini. Je pense notamment à la question du GIR 4*. Le Sénateur Marini pense qu'il ne faudrait pas le sortir du dispositif, à l'inverse de Mme Rosso-Debord. Tout le monde considère qu'il faut plus de prévention, sortir le GIR 4 n'est évidemment pas une solution.

Sinon, les deux rapports ainsi que le gouvernement insistent sur davantage sur le recours individuel, que ce soit par l'assurance ou le recours sur succession. On se retrouve dans une logique individualiste : "Heureusement, j'ai une assurance qui me couvre moi, et avec un peu de chance j'en ai pris une grosse qui me couvre bien", et sinon tant pis. On perd la logique collective. De fait, le gouvernement est devant un choix, et nous craignons qu'il ne fasse pas le choix d'un renforcement de la solidarité nationale, en faisant illusion. (invitée de France Info le 1/12, Roselyne Bachelot avait promis que la solidarité nationale s'exercerait)

 * GIR: les critères de dépendance sont classés selon un indice : les groupes iso-ressources, étalés de 6 à 1. 6 est le premier stade de dépendance, et 1 le plus sévère. Aujourd'hui l'APA (Aide personnalisée à l'autonomie) est allouée à partir du GIR 4

Voir aussi: Interview d'Hélène Gisserot sur Planet.fr auteur du premier rapport sur la dépendance en 2007

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.