Sommaire

Le sexe féminin

Tout comme le sexe masculin, le sexe féminin (qui comprend, anatomiquement parlant, la vulve, soit les lèvres et le clitoris, et le vagin) a lui aussi son lot de surnoms et "petits noms" plus ou moins passés dans le langage familier courant (comme "foufoune" et ses dérivés, par exemple).

Tout comme chez les hommes, la littérature et le langage parlé ont fait grande consommation de noms d'animaux (la "chatte", bien sûr, et ses variantes "minou", "minette", etc., mais aussi le hérisson ou la marmotte) ou de fruits (figue, abricot, prune...). De manière plus générale, la nature tout entière est source d'inspiration pour décrire le sexe féminin : on parle du "nénuphar", du "buisson", du "bocage", du "vallon", voire du "mont fendu"...

Mais savez-vous que l'on désigne aussi le sexe féminin par ces expressions :

  • la parenthèse d'amour
  • le rez-de-chaussée
  • le bénitier
  • la tabatière
  • le petit creux à se faire du bien
  • le riant bocage
  • le terrier rose
  • le buisson pointu

Certaines expressions (notamment d'inspiration orientale) font la part belle au mystère qui entoure cet "obscur objet du désir" : la "lampe merveilleuse", la "porte secrète"... D'autres sont plus pragmatiques ("l'étui à clarinette", ou à n'importe quel instrument, "le fourreau de chair"). Certaines expressions font appel au sens religieux ("la terre promise"), ou militaire ("le corridor des braves").

Le savez-vous ? Le "con" (terme auquel Brassens avait consacré une chanson, un peu tombé en désuétude aujourd'hui) aurait pour origine le terme latin "cuna", le berceau... 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.