Sommaire

Fellation et cunnilingus

Le "sexe oral" a lui aussi ses "belles lettres" (à défaut de lettres de noblesse) : que ce soit la fellation ou le cunnilingus (deux termes latins qui décrivent précisément ce qu'ils désignent), les expressions familières abondent dans le langage et la littérature !

En ce qui concerne la fellation (aussi appelée "plume" ou "gâterie"), l'expression "faire (ou tailler) une pipe" a supplanté dans le langage familier son équivalent "faire un pompier" (qui a son origine dans l'action de "pomper", pas dans le soldat du feu).

On appelait aussi familièrement la fellation la "sucette des pauvres", et la pratiquer revient à "jouer du trombone" (ou n'importe quel instrument à vent...), de préférence "à perruque ou à moustache"...

Voici quelques expressions qui s'y rapportent :

  • faire un baiser au grand chauve
  • jouer de la flûte de pan-pan
  • faire mousser le créateur
  • scalper le mohican

Concernant le cunnilingus, outre tous les verbes et termes dérivés décrivant l'action de "sucer" ou "lécher", l'un des plus vieux termes d'argot pour le désigner est "gamahucher", pratiquement disparu aujourd'hui.

On parle aussi de "mettre la tête à l'étau", ou de "prendre l'hostie à la chapelle" ou de "goûter à la corne d'abondance".

On disait aussi de celui ou celle qui pratique le cunnilingus qu'il ou elle "prend sa demi-tasse au café des deux colonnes"...

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.