Réponse : Valéry Giscard d'Estaing en 1974. Découvrez le premier épisode de notre nouvelle série "Les petites phrases de l'histoire expliquées" ! 

Le 10 mai 1974, l’atmosphère est tendue sur le plateau de télévision qui voit s’affronter François Mitterrand et Valéry Giscard d'Estaing, les deux candidats en lice pour le second tour de l’élection présidentielle. Les sondages ne sont pas parvenus à les départager : Publimétrie donne François Mitterrand vainqueur avec 51 % des voix alors que l’IFOP annonce exactement l’inverse…

A lire aussi -Quand Chirac se demandait si VGE avait vraimernt eu une liaison avec la princesse Diana

Publicité
Publicité

Valéry Giscard d’Estaing maîtrise mieux la télévision que son adversaire, qui s’en méfie, et il s’est davantage entraîné. Mais il souffre d’un handicap : l’opinion le perçoit comme un technocrate, certes compétent, mais froid et distant. C’est cette faiblesse que François Mitterrand cherche à exploiter dans le débat lorsqu’ il dit à son adversaire que, au-delà des chiffres, la politique est aussi "une affaire de cœur". La réplique de V. Giscard d’Estaing est immédiate : "Vous n’avez pas, monsieur Mitterrand, le monopole du cœur". La formule fait mouche !

Plus tard, V. Giscard d’Estaing affirmera qu’elle avait été improvisée. Il remportera l’élection avec une avance de seulement quatre cent vingt mille voix. De très nombreux observateurs, dont François Mitterrand lui-même, estimèrent qu’il la devait à sa petite phrase sur le "monopole du cœur"…