Alors que notre jurassique parc nucléaire se décatit dangereusement, les experts continuent d'entonner la même rengaine : « Tout va très bien, Madame la marquise… »C'est juste une..

Alors que notre jurassique parc nucléaire se décatit dangereusement, les experts continuent d’entonner la même rengaine : « Tout va très bien, Madame la marquise… »

C’est juste une vidéo. A La Hague, la funeste cathédrale montée sur pilotis. Un simple fumigène déposé par un drone de Greenpeace sur un toit en tôle métallique. Rien de dramatique. Sûrement pas de quoi agiter l’active patience de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dont le président ne gagne que 20 000 euros par mois – merci les gilets jaunes pour cette information apparue grâce à eux. Comme un interrupteur, cette honorable institution républicaine n’a que deux positions : « Tout va bien » ou « Pas de panique, ça n’était rien. »

Publicité
Publicité

Lire aussi:Nucléaire : voici les trois scénarios sur la table

Pourtant, ce petit bâtiment visé et touché sans aucune difficulté abrite la plus grande quantité de matières radioactives dans le monde : 10 000 tonnes de combustible irradié en attente d’être retraité dans des hangars vieillissants et des piscines engorgées. Soyez tranquilles : vous aurez bientôt droit à un communiqué d’explication. Les ingénieurs de Polytechnique, des Mines et des Ponts aux diplômes longs comme le Nil ont un don pour glisser comme des requins sur un océan de termes et de procédés opaques qui noient les curieux. J’ignore si ces savants ont la foi, mais ils récitent toujours leur chapelet : « Rien à craindre. »

Lire aussi: Nucléaire :...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :