Le réalisateur français Quentin Dupieux signe une comédie vestimentaire qui bascule dans le thriller avec un Jean Dujardin parfait en sociopathe.Depuis le début de sa carrière..

Le réalisateur français Quentin Dupieux signe une comédie vestimentaire qui bascule dans le thriller avec un Jean Dujardin parfait en sociopathe.

Depuis le début de sa carrière cinématographique, Quentin Dupieux travaille sur le fine frontière entre le grotesque et le malaise. Si les pitchs de ces films sont toujours aussi surréalistes - du pneu tueur pour «Rubber» à la veste de daim - la «réalité» (d'ailleurs il s'agit du titre de son meilleur film à nos yeux) gagne du terrain et le rire de devenir de plus en plus sardonique et inquiétant.

Ce n'est pas un hasard si sa route a croisé celle de Jean Dujardin tant les deux partagent finalement un même univers. Acteur catalogué comique presque malgré lui, Jean Dujardin excelle dans les rôles en décalage avec son statut d'amuseur, quand la folie s'empare de son regard et contamine l'écran. De Bertrand Blier («Le Bruit des glaçons») à Quentin Dupieux, en passant bien sûr par Michel Hazanavicius (les «OSS 117») et le tandem Kervern-Délépine («I Feel Good»), l'artiste rend par sa seule présence une cohérence à tout un pan du cinéma français, et pas le moins intéressant... Et «Le Daim» dans tout ça ? Assurément l'un des meilleurs films de son auteur, qui ne cède pas trop de terrain à l'absurde et aux gags faciles - même si le film vrille parfois en du sous-«Bernie». La mise en scène est toujours d'une classe folle et Quentin Dupieux a tranché le gras qui parfois alourdissait ses films précédents.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Tour de France 2019 : un coureur met une fessée à un spectateur !