Lors de la souscription d'un crédit immobilier, il faut tenir compte des frais de garantie. Demandées par la banque, ces garanties lui permettent d'être remboursée en cas de défaut de l'emprunteur. Un élément qu’il ne faut pas oublier au moment de déterminer sa capacité d’emprunt.

Quels sont les frais de garantie ?

Les frais de garantie ont un objectif majeur : permettre à la banque d'être remboursée si jamais l'emprunteur ne parvient plus à rembourser son crédit immobilier. Alors que l'assurance de prêt immobilier protège la banque en cas de décès, d'invalidité ou de perte d'autonomie de l'emprunteur, les frais de garantie la préservent si l'emprunteur fait faillite ou s'il ne peut plus rembourser. On distingue trois garanties différentes : l'hypothèque d'un bien immobilier, le privilège de prêteur de deniers et la caution (qui est la plus répandue). À noter que le coût d'une garantie dépend principalement du montant emprunté.

Les astuces pour réduire ses frais de garantie

Publicité
Pour réduire le montant de ses frais de garantie, il convient tout d’abord de choisir la bonne formule. Si l'hypothèque est la solution la plus onéreuse, c'est généralement la caution qui est la plus avantageuse, notamment car elle n’implique pas de frais de notaire. Une garantie à privilégier si la banque vous en laisse la possibilité. Une fois ce choix effectué, il est possible de proposer à sa banque la société de cautionnement de son choix afin d'en diminuer les frais. Il faudra cependant faire preuve d’arguments solides car la banque dispose généralement de sa propre société de cautionnement. Mais c’est la solution la plus efficace pour réduire ses frais et donc son crédit immobilier.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet