Tarifs flous chez les coiffeurs : chacun fait ce qu’il lui plaît

Les tarifs aussi ont droit à une décoloration.

Quasi-absence d’affichage, prix illisibles depuis la rue ou effacés par le soleil…En vérifiant l’obligation d’affichage instaurée par un arrêté datant de 1987 dans plus de 902 salons de coiffure, d’août à octobre 2018, les bénévoles de l’association ont fait de drôles découvertes. “L’obligation d’affichage minimum pose problème chez 21,3% des coiffeurs enquêtés : aucun affichage dans 12,8 % des salons et un affichage peu lisible dans 8,4%”.

Et les prix semblent difficiles à comprendre. L’absence du détail des prestations de forfaits a été constatée dans 21% des salons inspectés. Si 19% des professionnels mentionnent leur existence, leur contenu n’est pas affiché.

La CLCV rappelle que ce défaut d’information préalable sur les tarifs peut coûter aux salons de coiffure une amende maximum de 3.000 euros pour une personne physique et de 15.000 euros pour une personne morale.

Autre difficulté constatée, la différence d’appellation dans les salons. Chez certains, “le forfait coupe” comprend le shampoing, la coupe et le coiffage tandis que chez d’autres, cela ne désigne que la coupe. Même constat pour les forfaits colorations, ou pour la longueur des cheveux des clients. Beaucoup de tarifs sont en effet basés sur les cheveux courts. Une rallonge est donc demandée en fin de prestation pour les personnes aux cheveux longs.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.