Supermarché : les prix de ces produits vont encore augmenter cette année
Depuis le début de l'année, l'inflation ne cesse de gonfler. La Guerre qui sévit en Ukraine impacte lourdement le cours de plusieurs denrées alimentaires. Et ça n'est pas fini. Pour le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, il faut s'attendre à voir les prix augmenter encore au cours des prochains mois. Voici la liste des produits qui vont vous coûter (encore) plus cher.

Depuis plusieurs semaines, la guerre qui sévit en Ukraine impacte durement l’économie mondiale. Flambée des prix, problèmes d’approvisionnement, risques de pénuries… La situation en Ukraine et les sanctions imposées à la Russie coûtent cher aux ménages Français. 

Dans ce contexte, la Banque de France a récemment revu ses prévisions pour l’année 2022. Si le conflit russo-ukranien dure, l’inflation pourrait ainsi grimper jusqu’à 4% d’ici septembre.

Une hausse des prix qui n’épargne aucun secteur. Dans les stations service, les prix à la pompe atteignent des sommets. Et dans les supermarchés aussi, le prix de nombreux aliments explose… Et ça n’est pas fini. 

Les annonces du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

Jeudi 24 mars, Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation annonçait sur RMC qu’en France, un risque de pénurie était toutefois à écarter, pour le moment.  

"Il n'y a pas de risque de pénurie en France parce qu'on est indépendant, je voudrais être très rassurant"

Mais pour lui, “il faut toutefois s’attendre à voir les prix augmenter”. L’inflation est donc loin d’avoir terminé sa course. A ce titre, le ministre a estimé qu’il fallait diminuer les coûts de production" notamment "les coûts de l’alimentation animale" qui  "explosent". "Il faut que les industriels, la grande distribution, jouent leur part", a précisé Julien Denormandie, toujours au micro de RMC. 

Bientôt un chèque alimentaire ?

Parmi les denrées qui vont faire grimper le montant de votre ticket de caisse au supermarché, on retrouve le blé, les céréales, et l’huile de tournesol, massivement importés depuis l’Ukraine. "Sur le marché français, l’huile de tournesol est passée de 1800 euros en janvier à 3600 euros aujourd’hui", a ainsi déclaré Stéphane Gérard de l'entreprise So Chips, à la chaîne BFM.

Il y a quelques jours, le candidat-président Emmanuel Macron draguait les électeurs avec la promesse d’un “chèque alimentaire”, destiné à renflouer un peu les caisses des ménages les plus impactés par ces hausses de prix…. qui vont donc durer.

Découvrez dans notre diaporama les 8 produits dont on peut attendre, à nouveau, une augmentation du prix dans les prochaines semaines.

Les chips

1/8
Les chips

Conséquence de la pénurie d’huile de tournesol : l’approvisionnement est de plus en plus difficile, et les prix ont augmenté de 50% en quelques semaines… Une hausse des coûts qui aura des conséquences directes sur le prix des chips, dont la fabrication nécessite de grandes quantités d’huile de tournesol. 

Les oeufs

2/8
Les oeufs

Dernièrement, le prix moyen des œufs dans l’Union européenne a grimpé de 3 %, indique reussir.fr : cette hausse devrait se poursuivre, en raison de la flambée du cours des matières premières et d’un défaut d’approvisionnement pour les nombreux œufs importés d’Ukraine. 

La farine

3/8
La farine

La guerre en Ukraine fait flamber le cours des matières premières, dont la farine. On peut s’attendre à une nouvelle augmentation de son prix dans les prochains mois.

Voir la suite du diaporama

Les pâtes et le blé

4/8
Les pâtes et le blé

Depuis le début de la guerre en Ukraine, le prix du blé a augmenté de 70%, selon terre-net.fr. Une hausse vertigineuse qui pourrait se poursuivre dans les prochaines semaines, et qui va impacter directement le prix des pâtes dans nos supermarchés. Plusieurs millions de tonnes de blé ukrainien seraient actuellement bloquées par les forces russes. 

La viande

5/8
La viande

La hausse du coût de l’alimentation des bovins, de l’énergie, et la pénurie de matières premières vont continuer à faire augmenter le prix de la viande cette année. 

Le poisson

6/8
Le poisson

Le poisson frais va coûter de plus en plus cher, en grande partie à cause de la hausse des prix du carburant. 

“Dans certains établissements, ces hausses peuvent aller de 10% sur le cabillaud ou le merlan à 30% sur le saumon voire plus pour certaines espèces”, précise France Bleu.

Le pain

7/8
Le pain

A cause de la hausse du cours des matières premières, et notamment de la farine blanche, plusieurs boulangeries risquent d’être contraintes d’augmenter leurs prix. Lisa Galaud, boulangère en Corse, confiait ainsi à Franceinfo qu’elle comptait désormais vendre sa baguette 1 euro au lieu de 90 centimes.

Les huiles

8/8
Les huiles

L’Ukraine est le premier importateur d’huile de tournesol au monde. L’invasion russe met évidemment en péril cette production colossale… Et va impacter largement le prix des huiles végétales à l’avenir.