Ces pratiques commerciales douteuses peuvent vous faire perdre beaucoup. Plus d'un millier de plaintes ont d'ores et déjà été déposées par des consommateurs trompés.
IllustrationIstock

Une offre de remboursement alléchante. Voici comment la société française d'assurance multirisques (SFAM) attire les clients. D’ailleurs, si vous avez récemment acheté un smartphone, un ordinateur ou encore une tablette ou un casque dans l’une des enseignes de la Fnac, vous avez peut-être été victime de cette escroquerie. La remise de 30 euros proposée par les vendeurs sur ces différents produits électroniques n’en est en réalité pas une. Les consommateurs, pour profiter de "ce cadeau", laissent leurs coordonnées bancaires, afin d’être remboursés. Parmi les documents liés à l’achat, ils signent ensuite, sans s'en rendre compte, un contrat qui équivaut à une souscription chez le champion français de l’assurance "téléphone portable", dévoile Le Parisien.

Cela permet ensuite à la SFAMdeuxième actionnaire de la Fnac distribuant ses produit dans l’enseigne depuis trois ans- d’effectuer des prélèvements réguliers sur votre compte en banque, rapporte RTL.

Facturation mensuelle ? 15,99 € par mois, selon l’UFC-Que Choisir. Pis encore, ces contrats normalement "sans engagement" engageaient le consommateur pour un an. Si la résiliation n’était pas effectuée, la somme mensuelle passait à 37,99 €.

Arnaque SFAM : Plus d’un millier de plaintes déposées

Ces derniers mois, plus d'un millier de consommateurs estimant avoir été trompés par cette douteuse offre, ont déposé plainte.

Les courriers ont afflué à la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ainsi qu’à l’association de consommateurs UFC-Que-Choisir qui a recensé plus de 1000.

"La plupart des consommateurs se rendaient compte de cette situation après plusieurs mois d’abonnement", note Loïc Tanguy, le directeur de cabinet de la DGCCRF.

"On a commencé à avoir des retours de personnes mécontentes en octobre 2016 et cela a explosé en août 2017", indique de son côté Raphaël Bartlomé, le responsable du service juridique de l’association qui a également déposé plainte auprès du Parquet de Paris, à la fin de l’été 2018, note le quotidien.

Des actions qui n’ont pas été vaines…

Vidéo en lien avec le thème :  Arnaque à la fibre optique en nouvelle aquitaine