De nombreux abus

Découlent de cette concurrence, des tactiques mercantiles hasardeuses, des offres vertes qui n’en ont que le nom, des fausses promotions alléchantes… "Autant de facteurs susceptibles de faire perdre confiance aux consommateurs", signale le médiateur.

Dans le détail, ce sont les niveaux de consommations facturées qui sont le plus contestés : 30%. Suivent ensuite les résiliations inexpliquées (11 %), les paiements et règlements (10 %), les prix (10 %) ou les raccordements (8 %).

Publicité
Publicité

Bien qu’il ne soit à l’origine que de 7% des litiges, le démarchage est également blâmé. Les "vendeurs n’hésitent pas à mentir, en inventant des lois", rapporte 20 minutes.

D’autres "font croire qu’EDF n’existe plus et que cela s’appelle Engie désormais".

Pour éviter ce type de pratiques, Jean Gaubert préconise "de mettre de l’ordre" : "une solution serait un salaire fixe, agrémenté d’une part variable".