Après une première hausse de 2,5% des prix de l’électricité en novembre dernier, et une augmentation identique prévue en 2015, le Conseil d’Etat a refusé mercredi de suspendre la demande des concurrents d’EDF sur une suspension de ces tarifs. 

Le juge des référés du Conseil d’Etat a rejeté mercredi la demande des concurrents d’EDF de suspendre un arrêté gouvernemental sur les tarifs réglementés de l’électricité fixés à partir d’une nouvelle méthode de calcul. Selon le juge, la condition d'urgence invoquée par l'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie n'aurait pas été remplie.

"La situation économique et financière des fournisseurs concurrents d'EDF ne pouvait pas être menacée au point que l'insuffisance d'un seul groupe tarifaire - les tarifs verts - requiert une suspension sans attendre le jugement définitif de l'affaire", a déclaré le magistrat.

Une hausse "substantielle"

Les prix de l’électricité, qui avaient déjà connu une hausse de 2,5% début novembre dernier, doivent à nouveau augmenter de 2,5% en 2015, notamment à cause d’une hausse des taxes sur le gaz naturel et l’électricité prévue cette année. Des nouveaux tarifs qui ne respecteraient pourtant pas le principe de couverture des coûts d'EDF qui doit permettre aux fournisseurs alternatifs de concurrencer EDF, selon l’Anode.

Publicité
Aucune information n’a encore été donnée sur la date d’une nouvelle augmentation, mais celle-ci devrait être une nouvelle fois élevée. "La hausse sera substantielle sachant que le manque à gagner d'EDF a été estimé par le régulateur à plus d'un milliard d'euros", précise Le Figaro.

En vidéo sur le même thème : Royal évoque un étalement de la hausse des tarifs d’EDF 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet