IllustrationIstock
Aide pour les plus démunis, action contre la faim dans le monde, financement d'un projet, appel aux dons pour la recherche médicale... Les possibilités de faire un don sont nombreuses, en particulier sur la toile. Mais attention, certaines d'entre elles sont en réalité des arnaques. Comment éviter de tomber dans le panneau ? Mode d'emploi.
Sommaire

Renseignez-vous sur le projet et sur le site

Le financement participatif est à la mode et le net est un bon endroit pour soutenir des projets qui portent nos valeurs.

Malheureusement, des arnaques ont également vu le jour et profitent du filon. C'est ainsi qu'après de nombreux drames comme l'ouragan Irma ou l'affaire Maëlys, certaines cagnottes ont circulé pour aider les familles, mais pour certaines d'entre elles, il s'agissait d'escroqueries.

A lire aussi :Mark Wahlberg fait taire les critiques par un immense don

Pour éviter de vous faire avoir, avant de donner :

- renseignez-vous en lisant avec attention les motivations du projet. Celles-ci doivent être détaillées et argumentées sur l'utilisation des fonds, ainsi qu'accompagnées de photos.

- vérifiez le site qui propose la récolte de fonds. Depuis 2004, vous devez y trouver le nom ou la raison sociale, l'adresse du domicile ou du siège social, le numéro de téléphone qui permet de joindre le responsable ou l'initiateur du projet, le capital et le numéro d'immatriculation au registre du commerce et des sociétés. Les sites de levées de fonds sont encouragés également à présenter leurs bilans financiers s’ils ont déjà quelques années d’expérience.

Vérifiez les certifications

Plusieurs labels permettent aujourd'hui de savoir rapidement si l'organisme de récoltes de dons est digne de confiance.

Parmi eux :

- "Finance participatif France" : les associations adhérentes ont signé un code de déontologie assurant l'honnêteté des campagnes. D'autres, qui participent à la transition écologique et énergétique, présentent le label "Finance participative pour la croissance verte".

- "Don en confiance" : ce label engage l'association ou la fondation à respecter plusieurs critères comme la transparence dans ses activités, ainsi qu'une utilisation optimale des dons récoltés.

Crowdfunding : attention aux escrocs

Ulule, KissKissBankBank… Le crowdfunding, vous connaissez ? Il s'agit de plateformes d'économie collaborative sur la toile qui permettent de récolter des fonds de particuliers sans passer par les banques, et dans l'objectif de financer des projets. C'est utile, mais pas sans risque.

En effet : nombreuses sont les personnes sur les forums qui viennent vous démarcher en vous présentant leur projet qui semble dénué de défauts. Mais gardez à l'esprit que ce mode de financement reste avant tout un investissement et n'est pas un placement sûr. Le dossier du projet n'est parfois pas finalisé, ni testé et peut finalement être abandonné.

Le mieux est de ne pas investir beaucoup et de contacter l’entrepreneur afin d’obtenir des informations supplémentaires.

Sachez-le : des cagnottes pour le lancement d’un projet peuvent être lancées sur le célèbre site "Leetchi". Celui-ci demande des justificatifs aux organisateurs des cagnottes pour s'assurer des fonds récoltés, et si cela n'est pas le cas rembourse l'intégralité de l'argent aux participants.

Ce à quoi vous devriez aussi faire attention

Vérifiez qu'il y a bien des éléments visuels de prototypes (des photos, des vidéos...) ou des maquettes du projet, afin de vous rendre compte si le porteur de projet a quelque chose de concret à proposer.

Attention également aux réseaux sociaux car certaines arnaques y voient le jour, comme cette américaine, Mary Bennett, qui faisait croire sur Facebook qu'elle était malade d'un cancer des ovaires à un stade avancé et souhaitait vivre ses derniers rêves avant de mourir. Elle a récolté plus de 25000 dollars pendant près de 6 ans avant d'être accusée de vol.