C'est ce que laisse penser un bilan réalisé par la revue 60 millions de consommateurs sur le dispositif Bloctel, mis en place il y a un an pour lutter contre le démarchage téléphonique. Explications.   
©Getty Images

Un an après son lancement, la liste d’opposition au démarchage téléphonique, Bloctel, ne semble pas avoir eu beaucoup d’effet sur les appels intempestifs reçus par les Français. C’est en tout cas ce qui ressort d’un bilan réalisé par le magazine 60 millions de consommateurs.

Le gouvernement a mis en place en juin dernier la plateforme bloctel.gouv.fr. Une liste d’opposition sur laquelle s’inscrire et qui interdit aux professionnels de la prospection de vous contacter, sous peine d’amende. Mais les premiers résultats ne sont en effet pas vraiment prometteurs.

Ainsi, 47% des personnes inscrites sur la liste assurent que les appels sont toujours aussi nombreux, 38% estiment qu’ils sont un peu moins nombreux et 15% indiquent qu’ils sont beaucoup moins nombreux pour eux.

Trop tôt pour un bilan complet

Les démarchages, eux, ne faiblissent pas. Inscrites ou non sur la liste Bloctel, 91% des personnes interrogées disent recevoir des appels de ce type au moins une fois par mois. Plus inquiétant, 39% d’entre-elles disent recevoir un appel au moins une fois par jour.

A lire aussi - Démarchage téléphonique : quelles entreprises vous harcèlent le plus ?  

Les sanctions (jusqu’à 75 000 euros) ne semblent donc pas encore dissuader les entreprises concernées. Mais il faudra peut-être attendre encore un peu avant d’avoir de meilleurs résultats et "que Bloctel donne la pleine mesure de son efficacité", selon Loïc Tanguy, directeur adjoint de cabinet à la direction de la DGCCRF, interrogé par 60 millions de consommateurs.

Reprenez le contrôle de vos crédits, regroupez les ! (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.