Lancé il y a huit mois, le service d’opposition au démarchage téléphonique, Bloctel, est loin de faire l’unanimité. Une pétition vient d’être lancée par l’association Que Choisir. Explications.  

L’association Que Choisir a lancé mardi une pétition contre le démarchage téléphonique après la publication de résultats "alarmants" sur l’ampleur du phénomène et sur les limites de la liste Bloctel, lancée il y a huit mois et censée protéger au maximum les consommateurs face aux appels intempestifs.

Les résultats de l’enquête montrent en effet que pas moins de 82% des personnes inscrites sur le service d’opposition au démarchage téléphonique estiment que les appels reçus n’ont pas ou que trop peu baissé, selon l’association. 91% des sondés jugent d’ailleurs ces appels "très agaçants".

Davantage de sanctions ?

Publicité
Si le démarchage continue malgré l’inscription sur la liste, c’est avant tout parce que les sanctions sont trop faibles. "Seulement 330 000 réclamations aboutissent à deux sanctions administratives, il est donc impératif qu'il y ait d'avantages de sanctions", explique Antoine Autier, chargé de mission chez UFC-Que Choisir, interrogé par RTL.

A lire sur le même sujet -Démarchage téléphonique : quels sont les secteurs qui vous harcèlent le plus ?  

Pour tenter d’enrayer ce phénomène, Que Choisir appelle les consommateurs à signer sa pétition. L’association s’engage également à saisir la DGCCRF et l’ARCEP pour demander plus de contrôles et de sanctions.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet