Vous avez le sentiment que vos frais bancaires sont trop élevés ? Vous avez raison. Pourtant, il existe de nombreuses manières de les diminuer. Yannick Hamon, PDG de MonFinancier, vous livre des conseils essentiels.

Autre

Yannick Hamon le sait. Nombreux sont les clients à subir les frais très élevés de leur banque. Il y a dix ans, il a créé son entreprise. Son nom, MonFinancier, a une mission essentielle : conseiller ses clients pour leur permettre de gérer leur patrimoine et leur épargne. Pour Planet, il dit tout.

Planet : Qui dit économiser implique bien souvent simplement de dépenser judicieusement. Encore faut-il savoir comment procéder... Que préconisez-vous ? 

Yannick Hamon : Les épargnants français sont encore très souvent multi-bancarisés. Il convient donc de limiter le nombre d’interlocuteurs. Pourquoi ? Plus vous avez de comptes dans différentes banques traditionnelles, plus vous risquez d'avoir des frais : de tenue de compte multipliés par le nombre de comptes, frais pour les moyens de paiement, etc. Par ailleurs, vous diluez votre poids auprès de votre banquier en cas de besoin de négociation. 

La cohabitation idéale est de sélectionner deux intervenants :

   - Une banque en ligne afin de gérer les flux. Les frais sont très réduits, voire inexistants sur les opérations courantes.

   - Un banquier dit "traditionnel" pour tout ce qui revient de l’ordre d’épargne conjoncturelle, notamment en présence d’un crédit lié à la résidence principale. Il s’agit du véritable métier de banquier traditionnel, en réalité.

Ce qu’il est important de faire, c’est de ne pas multiplier les produits d’épargne et de rester sur des basiques. Les LDD (livret de développement durable) et Livet A suffisent pour gérer son argent sur le court terme. Il convient de ne pas complexifier son patrimoine. Pourquoi ? 

Concernant la négociation, elle est malheureusement souvent liée à votre rentabilité potentielle pour le banquier. Toutefois, elle est plus ouverte aujourd’hui, notamment lors de la recherche du crédit de résidence principale.

Idéalement, il est préférable d’opter pour un établissement en mesure de vous proposer des solutions d’épargne aux standards tarifaires du web, mais aussi un accompagnement expert. Il faut également prendre en compte que vos besoins évoluent avec le temps. Enfin il faut vous astreindre à comprendre les investissements que vous réalisez : si l’on vous vend une garantie en capital avec un espoir de performance supérieur au taux sans risque, fuyez !

 

"Il est toujours préférable d’utiliser votre capacité d’endettement"

 

Planet : Quels sont les risques et les coûts associés au crédit à la consommation ?

Yannick Hamon : Le recours au crédit à la consommation ne devrait être abordé qu’en cas de nécessité. Il importe de le limiter au maximum dans la gestion de votre budget. Il convient de maîtriser, mais aussi de comprendre votre coût, à solder au plus vite lorsqu’il est utilisé. Celui-ci est parfois rédhibitoire.

Lorsque vous avez le choix, il est toujours préférable d’utiliser votre capacité d’endettement pour effectuer du levier patrimonial, si cet arbitrage budgétaire est possible.

 

"Pensez à adapter le choix du support d’investissement immobilier à votre situation fiscale"

 

Planet : Quels sont les supports à utiliser pour investir d'une manière pertinente ?

Yannick Hamon : Il n’y a pas de bons ou de mauvais supports, mais de bonnes orientations à prendre, en fonction de votre âge, de vos objectifs, et de votre sensibilité au risque. Il convient par contre de respecter la mise en place d’une colonne vertébrale pour votre patrimoine. De le construire dans le bon ordre, si vous préférez.

   - Pour une gestion de votre épargne à court terme : LDD et Livret A. Avec un plafond maximum cumulé : 22 950 + 12 000 = près de 35 K€ d’épargne sécurisée et totalement disponible. C’est normalement largement suffisant pour gérer en cas de problème. C’est une épargne structurelle, on recherche la disponibilité et la sécurité. Donc il n’est pas utile d’empiler les comptes épargne de court terme. Par ailleurs, c'est plus simple pour gérer votre poche de trésorerie de court terme.

   - Si vous disposez de "cash" : financez vos biens d’usages, comme votre résidence principale si vous avez décidé de l’acquérir. Sinon, privilégiez l’assurance vie avec un profil de risque adapté à votre âge et votre tempérament.

   -  Avec une capacité d’épargne régulière, il faut optimiser cet effort d’épargne grâce à l’effet de levier du crédit. Pensez à adapter le choix du support d’investissement immobilier à votre situation fiscale : immobilier locatif nu, meublé, en loi Pinel, ou des SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) françaises voire allemandes, etc. A valider avec un professionnel de l’épargne, bien entendu.

 

Planet : Comment bien se faire accompagner ? Faut-il nécessairement se tourner vers un conseiller en gestion de patrimoine, par exemple ?

Yannick Hamon : Il faut trouver la société avec laquelle on se sent en confiance, écouté(e) et compris(e). Sous contrainte, bien entendu, d’une grille tarifaire compétitive.

 

Planet : Economiser, c’est aussi mieux emprunter. Quelles sont les bonnes pratiques ?

Yannick Hamon :  

Aujourd'hui, il existe la possibilité d’optimiser vos conditions d’emprunts en passant notamment par un courtier en créditPensez également à la délégation de l’assurance de votre prêt. Enfin, il est maintenant possible de financer à crédit des produits qui jusqu’alors ne l’était pas. C'est le cas des SCPI, un épargnant peut accéder au financement de parts de SCPI, voire même de SCPI de nue-propriété ou de SCPI de revenus étrangers. C’est une véritable opportunité pour ceux qui souhaitent s’y intéresser.

 

Planet : Quel est le meilleur type de crédit à souscrire si l’on veut investir dans un appartement, ou une maison ?

Publicité
Yannick Hamon : Tout dépend en réalité de la typologie du bien que vous souhaitez financer : bien d’usage ou investissement locatif. Par ailleurs, c’est également dépendant de votre objectif, de vos actifs, voire de votre fiscalité.

En vidéo - Marie Coeurderoy: La loi Pacte va-t-elle menacer le financement de la politique du logement ? - 29/03


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet