Les compteurs Linky arrivent et, à l’évidence, vous ne pourrez pas y échapper ! Voici pourquoi.

Lundi 26 mars 2018, le Sénat rejetait l’amendement de Florence Lassarade (LR) visant à permettre aux consommateurs de refuser un compteur Linky. C’est la deuxième fois qu’un tel amendement est retoqué, après celui de la France Insoumise lors d’un débat parlementaire en février.

Il apparaît de plus en plus probable que les particuliers ne pourront pas refuser ces nouveaux compteurs “intelligents” qui font tant débat. Toutefois, pour Nicolas Mouchnino, chargé de mission énergie et environnement chez UFC-Que Choisir, ce refus politique est loin d’être la seule raison. “C’est un sujet hautement complexe. Dans tous les cas, un contrat lie le particulier au fournisseur. A l’intérieur, des clauses le lient ensuite au distributeur. L’une d’entre elle indique que le compteur électrique est susceptible d’évoluer, en fonction des avancées technologiques”, indique-t-il. Le compteur Linky s’inscrit dans le cadre de telles avancées technologies qui viennent justifier sa pose, en remplacement du précédent compteur. “Compte-tenu des termes du contrat, il est très compliqué d’aller à l’encontre du compteur Linky”, précise Nicolas Mouchnino.

Épée de Damoclès

Un contrat qu’EDF n’applique, pour le moment, pas à la lettre. C’est en partie sur ça que sont construits les argumentaires des anti-Linky qui invitent les ménages à en refuser la pose. “Rien n’indique que c’est une attitude qui va durer”, estime le chargé de mission. Selon lui, Enedis, la filiale d’EDF en charge des compteurs Linky peut à tout moment retourner sa veste. “Actuellement, il n’y a pas de coupure d’électricité pour les ménages qui refusent le compteur Linky. Mais Enedis pourrait tout à fait décider d’y venir, si la situation évolue. Cela pourrait venir d’un changement de direction, par exemple. Ils y seraient autorisé : le particulier qui refuse le compteur Linky ne respecte pas le contrat qui l’engage”, insiste-t-il.

La Commission de régulation de l’énergie envisage aussi la possibilité de facturer certaines prestations nécessitant un déplacement pour les ménages refusant le compteur Linky. “Cela comprend notamment la relève du compteur électrique. Pour le moment, il est impossible de savoir combien seront facturées ces prestations. Mais tant qu’Enedis n’est pas contrainte par contrat de ne pas traiter différemment les ménages qui refusent le compteur, l’épée de Damoclès demeure”; insiste Nicolas Mouchnino. En dépit du scepticisme d’UFC-Que Choisir à l’égard du compteur Linky, l’organisme se sent obligé de le recommander pour éviter des risques financiers aux Français.

Publicité
En théorie, le compteur Linky devrait apporter quelques avantages, parmi lesquels la fin de la facturation sur estimation qui constituait un litige considérable entre fournisseurs et consommateurs. Il permet également des interventions à distance qui devraient réduire les coûts associés au déplacement d’agents. Cependant, pour UFC-Que Choisir, il y a plusieurs promesses manquées. “Le compteur Linky ne permet pas une maîtrise plus poussée de sa consommation, comme on l’attendait. Il ne permet pas non plus de faire jouer plus facilement la concurrence”, détaille Nicolas Mouchnino. Du fait de la nature multiforme de la consommation d’électricité, il peut être difficile d’en comprendre l’origine et de mieux adapter ses habitudes de vie. Quelque chose que ne permet apparemment pas le compteur Linky.

Vidéo : Regard sur la Tech: Carton jaune pour les compteurs Linky


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet