La première semaine de janvier, un logiciel espion s'est glissé dans des publicités affichées sur différents sites marchands français. Vos identifiants bancaires ont pu être dérobées.
IllustrationIstock

Piratage de données bancaires : des publicités "espionnes"

Attention ! Vous avez peut-être été observé en effectuant des achats sur Internet, sans le savoir…Deux sociétés expertes en sécurité informatique RiskIQ et Trend Micro ont en effet découvert et dévoilé une cyberattaque ce mercredi 16 janvier, à l’encontre de la société Adverline. Selon les précisions du Monde, cette régie publicitaire française "chargée de placer, pour le compte d’entreprises, des publicités sur des sites Internet, notamment d’e-commerce" a été victime de piratage, entre le 1er et le 4 janvier dernier.

Le mode opératoire est astucieux : les hackers sont parvenus à introduire un logiciel espion au sein des publicités postées sur les différents sites.

Publicité

Le but ? Epier l’internaute pendant la confirmation d’un achat en ligne, au moment-même où il indique ses coordonnées bancaires !

Publicité

A lire aussi :  Nouvelle arnaque à la carte bleue : méfiez-vous des faux banquiers !

Piratage de données bancaires : l’ampleur de la fuite non connue

Si le risque a rapidement été identifié, les employés de RiskIQ n’ont pas pu neutraliser immédiatement l’attaque. Il a en effet fallu 4 jours pour y mettre un terme. Cela a suffi pour que ce logiciel espion se déploie sur 277 sites d’e-commerce ! Parmi eux, se trouvent des sites de ventes de billets d’avion, de cosmétiques ou de vêtements, comme le stipule Trend Micro. Les noms des enseignes concernées n’ont cependant pas été divulgués.

Publicité

L’entreprise signale d’ailleurs que durant les six premiers jours de janvier, elle a pu bloquer le maliciel plus de 11 000 fois !

Toutefois, la régie publicitaire victime de cette intrusion dément ce chiffre. Après avoir interrogé ses clients, elle estime qu’uniquement 8 sites ont été visés et que les comptes bancaires affectés s’élèvent seulement à 114.

Si vous constatez des mouvements bancaires qui ne correspondent pas à vos achats, veillez à prévenir votre banque.