Plus rigoureux, plus couteux… Le nouveau contrôle technique entrera en vigueur le 20 mai prochain et génère déjà de nombreuses craintes côté automobilistes. Reste à savoir ce qu’il va vraiment changer. Décodage.

Nouveau contrôle technique 2018 : pourquoi un tel durcissement ?

L’association "40 millions d’automobilistes" s’est rendue dans un centre de contrôle technique pour en avoir le cœur net. A l’approche du contrôle technique nouveau, elle a souhaité comprendre ce qui attendait concrètement les automobilistes dès le mois prochain, mais surtout cerner l’objectif d’un tel durcissement. Pour ce faire, l’association a interrogé deux spécialistes du secteur avec, d’un côté, Sébastien Danvel, président des contrôles techniques Auto Sécurité ; de l’autre, Laurent Palmier, président des contrôles techniques Sécuritest.

Publicité
Publicité

Ainsi, à la question : "pourquoi un nouveau contrôle technique est-il en passe d’être instauré ?", Sébastien Danvel répond d’emblée : "Le contrôle technique version 2018 est l'application d'une directive européenne qui a pour but de réduire le nombre de tués sur les routes. Elle est transposée aujourd'hui en France, mais elle a été votée il y a 4 ans. Elle entrera en vigueur le 20 mai 2018".

Nouveau contrôle technique 2018 : ce qui va changer

De fait, tel que le souligne l’association "40 millions d’automobilistes", l’édition 2018 du contrôle technique s’appuiera sur "un référentiel plus précis". Lequel référentiel scrutera pas moins de 133 points de contrôle (124 jusqu’alors) et étudiera 610 potentiels défauts. Sur ces 610 défauts, 467 pourront engendrer une contre-visite. Jusqu’à présent, seuls 178 défauts passaient au crible de cette analyse.

Nouveau contrôle technique 2018 : une nouvelle défaillance critique ?

Autre changement majeur à anticiper, à partir du 20 mai 2018, une nouvelle défaillance considérée comme étant "critique" fera son apparition. Elle devrait réduire le droit des automobilistes à rouler le jour même et les contraindre à amener, dans la foulée, leur véhicule en réparation. Point d’inquiétude démesurée pour autant. A priori, cette fameuse nouvelle défaillance critique ne devrait impacter que "2 à 3 % du parc roulant", indique Laurent Palmier auprès de l’association.

A ce jour, il existe pas moins de 129 défaillances. Lesquelles concernent uniquement des défauts véritablement dangereux pour les conducteurs et usager. C’est le cas, par exemple, de pneus qui se révèleraient trop usés, ou bien encore de sièges de conducteurs mal fixés.

Reste que, pour paré à tout impondérable, vous avez la possibilité de réaliser en amont, "un contrôle technique volontaire, partiel ou total", conclut Laurent Palmier. Un examen qui vous permettra de connaître véritablement l’état de votre véhicule sans que la vignette vous autorisant à circuler en cas de défaut majeur ou critique ne vous soit retirée.

En vidéo - Nouveau Contrôle Technique, plus cher et plus contraignant