Un secteur qui rapporte beaucoup plus qu'il n'en coûte. C'est ce qu'oublie souvent de préciser Emmanuel Macron lorsqu'il évoque le budget alloué à l'immobilier.
IllustrationIstock

Cette niche fiscale "secrète" qui rapporte gros à l’Etat : une baisse de budget incompréhensible

Les prélèvements fiscaux sont bien plus élevés que les aides au logement. Si Emmanuel Macron ne cesse de répéter que l’immobilier coûte annuellement 40 milliards d’euros et crée peu d’emplois, il s’abstient toutefois d’indiquer que le secteur ramène plus de 74 milliards d’euros en impôts et en taxes !

Il a d’ailleurs baissé le budget de plus d’un milliard d’euros cette année (16 milliards d’euros contre 17,2 milliards d’euros en 2018), rappelle Le Figaro.

En juillet 2017, en pleine polémique sur la baisse des APL, il indiquait que le montant global des aides au logement (prestations sociales, avantages de taux et fiscaux, subventions d’investissement et d’exploitations) était chaque année trop élevé.

En effet, en un peu plus de trente ans, la somme a plus que doublée. Selon le dernier rapport de la Commission des comptes du logement (page 40), elle est passé d’environ 17 milliards d’euros en 1985 à près de 42 milliards.

Toutefois, depuis cinq ans, les chiffres stagnent, tout comme les avantages fiscaux (environ 14 milliards d’euros), ces fameuses "niches fiscales" auxquelles veut s’attaquer le gouvernement.

A lire aussi :  Niches fiscales : ce que vous avez à y perdre

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.