Clara*, une éditrice âgée de 47 ans, a été en couple pendant 3 ans avec un homme bien plus jeune qu'elle, qui n'avait pas d'emploi fixe. Si l'écart d'âge ne semblait pas être un problème dans leur relation, leur différence de rémunération a pu, inconsciemment, instaurer une forme de dépendance "non saine". Elle raconte.
Témoignage : "Je gagnais plus que mon conjoint et cela a sans doute nui à mon couple"IllustrationIstock

Une situation encore peu commune. De manière générale, les femmes gagnent, en moyenne, 23% de moins que les hommes, révèlent les données de l’Insee (2017). À temps de travail équivalent, elles perçoivent 16,8% de moins que leurs homologues masculins. Plus l’échelle des salaires est grande, plus les écarts sont importants. Toutefois, dans certains foyers, il arrive que la rémunération de la femme soit plus élevée. Clara*, éditrice de 47 ans, a été dans ce cas durant 3 ans, avec son ancien compagnon. Une situation pas toujours évidente à gérer au quotidien, qu'elle confie à Planet.

"J'ai rencontré Karim* lors de ma semaine de stage de dériveur au sein d’une école de voile dans le sud de la France. Il était mon moniteur. Il était plus jeune que moi et au départ, je ne l'avais absolument pas considéré et encore moins envisagé comme étant un homme pour moi. Je suis éditrice, et à l'époque, je vivais à Paris. Adorant bouger,  je partais souvent en week-end en Italie pour retrouver mes parents et mes amis. Passionnée de voile et de danse, la plupart de mon temps en dehors du travail était consacré à la pratique du sport, à la culture, aux voyages".

Une relation basée dès le départ sur un mensonge

"Quant à lui, il vivait dans le sud de la France, et travaillait comme moniteur et adjoint à la base de voile en CDD, d'avril à novembre, avec des semaines de 6 jours. Les soirées étaient dédiées aux sorties entre amis et à l'animation des soirées des stages de voile. Le restant de l'année, il rentrait au Maroc pour passer du temps avec ses parents et pour continuer la pratique de sa passion, la voile, au soleil. Il a souvent été avec des femmes plus âgées que lui. Pour moi, c'est l'énergie de la personne qui prime. Dans mes relations précédentes, l'âge était très variable, mais peut-être pas avec un écart aussi grand. Nous avions en effet 18 ans d'écart : j'avais 43 ans quand je l'ai rencontré et, au départ, il m'a menti en me disant qu'il en avait 27. Or, en réalité, il n’avait que 25 ans. Physiquement, cette différence n'était pas flagrante. Nous sommes tous les deux curieux et ouverts aux gens, sportifs et fêtards. C'est un jeune homme mature pour son âge et moi assez immature dans certains aspects."

*Les prénoms ont été modifiés

"Je gagnais le double de son salaire et prenais plaisir à tout partager"

"Je partais du principe que, tant que je pouvais me le permettre, c'était formidable de tout partager avec l'homme que j'aimais. Si je gagnais le double de son salaire, l'argent n'était pas tabou au sein de notre couple. J'avais une rémunération correcte (environ 3000 euros par mois) et malgré quelques crédits, je pouvais me permettre une vie joyeuse avec des "sacrifices" choisis."

"Je partais du principe que tant que je pouvais me le permettre c'était formidable de partager tout avec l'homme que j'aimais. C'était ma priorité : partager joyeusement la vie à deux, et un jour il aurait gagné sa vie et aurait pu à son tour m'inviter. Cela me paraissait normal et juste et c'est encore le cas. De son côté, il était assez économe, car il n'a jamais beaucoup gagné et je l'admirais pour cela. Car pour ma part, je suis foncièrement dépensière. Je l’étais d’ailleurs aussi lorsque je gagnais très mal ma vie. J'aime partager, notamment les voyages, les activités, les soirées... C'est un grand défaut, car je gère très mal."

Vidéo : Banque : serez-vous bientôt taxé sur l'argent de votre compte courant ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.