Un article de Valeurs actuelles citant l'ancien magistrat Charles Prats a enflammé la Toile. Interrogé sur la fraude sociale, il y affirme en effet qu'"une pension de retraite sur deux est versée à une personne née à l'étranger". Faisons le point.
 Retraite : les personnes nées à l’étranger perçoivent-elles vraiment plus de pensions ?IllustrationIstock

"Fraude sociale : 'une pension de retraite sur deux est versée à une personne née à l’étranger' selon Charles Prats." Cet article, partagé sur Twitter par Valeurs actuelles, a suscité de nombreuses et vives réactions.

L’article du magazine d’opinion renvoie à une vidéo de l’ancien magistrat Charles Prats, qui y fait la promotion de son livre, le Cartel des fraudes, paru récemment chez l’éditeur Ring (au penchant très droitier)."Je vous mets mon ticket qu’Eric Zemmour, quand il va se rendre compte de ça, vous dira qu’une retraite sur deux est versée à des gens nés à l’étranger. Et CheckNews pourra dire, non c’est pas vrai… Mais c’est les chiffres qui sont sortis dans le rapport de la Cour des comptes il y a trois jours." Directement visé et questionné sur le sujet, CheckNews a donc mené l’enquête.

Retraite : les chiffres sont erronés

Les magistrats évoquent à la page 110 une réponse du gouvernement aux interrogations de la sénatrice UDI Nathalie Goulet. La parlementaire avait en effet demandé qu’on lui communique officiellement le nombre de personnes nées à l’étranger et immatriculées à la sécurité sociale.

Dans les faits, toute personne née en France est immatriculée à la sécurité sociale par l’Insee. La Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) s’occupe quant à elle des personnes nées à l’étranger, sur délégation de l’Insee, qui est chargé des immatriculations via une structure basée à Tours, le Sandia. Les personnes concernées reçoivent ainsi, tout comme les personnes nées en France, un numéro (le NIR) qui permet le versement de prestations sociales (CAF, Cnav, assurance maladie.)

Ainsi, dans la réponse faite à Nathalie Gouet, publiée au Journal officiel en novembre dernier, on apprend qu’au 1ᵉʳ juin 2019, 12,4 millions de personnes nées à l’étranger (y compris les Français nés français à l’étranger) ayant reçu l’attribution d’un NIR par le Sandia, disposaient d’un droit "ouvert" à recevoir au moins une prestation sociale. En revanche, seuls 33% d’entre eux (soit un peu plus de 4 millions de personnes) avaient un droit "ouvert" pour des prestations retraite.

La Cour des comptes précise toutefois en note de bas de page que la réponse écrite incluait une erreur. Selon le rapport, le pourcentage de 33% est en réalité bien supérieur, et se monte à 62%. Soit 7,7 millions de personnes.

Télécharger gratuitement notre guide LMNP et réduisez vos impôts jusqu'à 33000€ !

Vidéo : Retraite : bonne nouvelle pour ceux qui veulent partir plus tôt

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.