La redevance télé, dite aussi “contribution à l'audiovisuel public” est toujours d'actualité, malgré le vote de sa suppression par les députés puis la validation du Conseil Constitutionnel le 12 août 2022.
Une télévision.Le Conseil Constitutionnel a validé la suppression de la redevance audiovisuelle.Istock

Qu'est-ce que la redevance télé ou contribution à l'audiovisuel public ?

La redevance télé, dite officiellement “contribution à l’audiovisuel public”, est une taxe due par les contribuables qui possèdent un poste de télévision “ou tout dispositif permettant la réception des programmes télévisés au 1er janvier”, précise le site du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

À quoi sert la redevance télé ?

La contribution à l’audiovisuel public finance le service public de l’audiovisuel, c’est-à-dire le groupe France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5 et les chaînes publiques d’outre-mer du réseau La Première), la chaîne de télévision franco-allemande Arte, le groupe Radio France (France Inter, France Info, France Culture, France Musique, le réseau local France Bleu et Mouv’), le groupe France Médias Monde (Radio France internationale (RFI), les chaînes France 24 et TV5 Monde) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

La redevance télé ne finance donc pas les chaînes de télévision privées comme TF1, Canal+ et M6 ou de radio comme RTL et NRJ.

Redevance télé : sa suppression votée par les députés

C'est désormais officiel, les députés ont voté en première lecture la suppression de la redevance télé samedi 23 juillet 2022. La suppression de la redevance audiovisuelle, promesse de campagne du président Emmanuel Macron, passe donc une première étape. Le texte déposé par la majorité a été adopté avec 170 voix pour et 57 contre, dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi de finances rectificative pour 2022. Il passera devant le Sénat la semaine prochaine. Le gouvernement a été suivi par Les Républicains et le Rassemblement national. Si le Sénat approuve également le texte, alors les Français ne recevront pas à l'automne un avis pour la collecte de la redevance audiovisuelle, soit 138 euros par foyers équipés d'une télévision. Toutefois, le gouvernement a échafaudé une alternative pour financer le service public audiovisuel. Un amendement voté samedi matin prévoit en effet que les 3,7 milliards d'euros collectés par la redevance soient désormais prélevés sur les recettes de la TVA.  La preuve que ce projet n'avait pas pour but d'augmenter le pouvoir d'achat des Français. 

Une semaine après l'Assemblée nationale, le Sénat a voté dans la nuit du lundi 1er au mardi 2 août 2022, dans le cadre des mesures de soutien au pouvoir d’achat, la suppression de la redevance télé au terme d’un débat sur le financement et l’indépendance de l’audiovisuel public. La ministre de la Culture Rima Abdul Malak a annoncé à ce sujet "la volonté du gouvernement de proposer la prolongation d’un an des contrats d’objectifs et de moyens des entreprises de l’audiovisuel public". Une mesure souhaité afin "de prendre le temps nécessaire pour bâtir ensemble la feuille de route de l’audiovisuel public". Pour rappel, les trois groupes de gauche à l'Assemblée se sont opposés sans succès à la suppression de la redevance, David Assouline, sénateur PS, reprochant notamment au gouvernement de "créer les conditions de l’affaiblissement" de l’audiovisuel public.

À lire aussi : Redevance télé : allez-vous devoir la payer même si vous n’avez pas de télévision ?

Redevance télé : une suppression validée par le Conseil Constitutionnel

Le Conseil constitutionnel, saisi par plus de 120 députés et sénateurs de gauche, a validé avec des réserves vendredi 12 août 2022 les deux textes de loi sur le pouvoir d'achat, encadrant notamment en des termes "inédits" certaines dispositions de la partie énergie.Avec ces deux décisions, les Sages ont également validé avec des "réserves d'interprétation" la suppression de la redevance audiovisuelle.

Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution la suppression de la redevance audiovisuelle, tout en soulignant que cette suppression était "susceptible d'affecter la garantie des ressources du secteur de l'audiovisuel public, qui constitue un élément de son indépendance".

Les Sages ont donc enjoint au gouvernement de "fixer le montant de ces recettes afin que les sociétés et l'établissement audiovisuel public soient à même d'exercer les missions de service public". Selon Le Figaro,  le budget des télévisions et radios publiques sera assuré à l'avenir par une partie de la TVA. L'amendement voté par les députés prévoit un budget de 3,7 milliards d'euros pour l'année à venir.

Le montant de la redevance télé

Le montant de la redevance télé 2021 en métropole

Le montant de la redevance télé 2021 est de 138 euros en métropole, en baisse d’un euro par rapport à 2019.

Le montant de la redevance télé 2021 en outre-mer

Le montant de la redevance télé 2021 est de 88 euros dans les départements d’outre-mer, en baisse d’un euro par rapport à 2019.

Comment est calculé le montant de la contribution à l’audiovisuel public ?

Selon l’article 1605 du code général des impôts, le montant de la redevance télé est (théoriquement) revu tous les ans. “Ce montant est indexé chaque année sur l'indice des prix à la consommation hors tabac, tel qu'il est prévu dans le rapport économique, social et financier annexé au projet de loi de finances pour l'année considérée. Il est arrondi à l'euro le plus proche”, indique le Code général des impôts. Toutefois, pour 2020, le gouvernement a dérogé à ce principe et a fait baisser le montant de la redevance télé d’un euro symbolique, passant ainsi de 139 euros en 2019 à 138 euros en 2020. 

Les cas d'exonération de la redevance télé

Les personnes exonérées de taxe d’habitation sont exonérées de redevance télé

Selon le ministère de l’Economie et des Finances, les contribuables qui sont exonérés de la taxe d’habitation, sont aussi exonérés de la contribution à l’audiovisuel public. 

Sont concernés : 

  • les personnes âgées de 60 ans ou veuves non soumises à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) et si le revenu fiscal de référence (RFR) est inférieur à certaines limites (par exemple, un RFR de 11 098 euros en 2019 pour une part)
  • les bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés (AAH), si le revenu fiscal de référence est inférieur à certaines limites
  • les bénéficiaires de l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI).
  • les bénéficiaires de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), le minimum vieillesse
  • les personnes infirmes ou invalides dont les revenus sont inférieurs à certaines limites (un revenu fiscal de référence 2019 de 11 098 euros pour une part)
  • les personnes qui sont en maison de retraite ou en établissement de soins de longue durée et qui conservent la jouissance exclusive de leur résidence principale.

Attention : depuis 2018, le gouvernement a lancé une réforme de la taxe d’habitation, avec un dégrèvement progressif en 2018 et 2019, atteignant 100% en 2020. Par conséquent, 80% des Français ne paient pas de taxe d’habitation en 2020. Toutefois, ils restent redevables de la contribution à l'audiovisuel public.

À lire aussi : Pourquoi vous allez encore recevoir un avis de taxe d'habitation

Les personnes exonérées de redevance audiovisuelle avant 2005

Les contribuables qui étaient exonérés de redevance télé avant 2005 peuvent continuer à bénéficier de cette exonération en 2020, indique Service-public.fr. Pour cela, il faut :

  • Si vous êtes une personne âgée de plus de 81 ans au 1er janvier 2020 : ne pas être imposable sur le revenu, ni soumis à l’impôt sur la fortune immobilière en 2019. Il faut aussi respecter des conditions de cohabitation.
  • Si vous êtes ou une personne de votre foyer est handicapée : ne pas être imposable à l’impôt sur la fortune immobilière en 2019, respecter des conditions de cohabitation et avoir un revenu fiscal de référence inférieur à certains plafonds.

Les personnes ayant un revenu fiscal de référence nul

Tous ceux qui ont un revenu fiscal de référence égal à zéro ont droit à une exonération de redevance télé.

Jusqu'à quel âge paye-t-on la redevance télé ? 60, 65 ou 70 ans ?

L’âge du contribuable, en soit, n’est pas un critère d’exonération de la redevance télé. Il faut cumuler d’autres conditions d’exonération comme toucher le minimum vieillesse, bénéficier de l’allocation aux adultes handicapés ou encore, avoir été exonéré avant 2005 pour ne plus avoir à payer la contribution à l’audiovisuel public.

Qui paie la redevance télé ?

Les conditions de taxation et de déclaration

Doivent payer la redevance télé, les contribuables qui disposent à leur domicile :

  • d’un appareil récepteur de télévision
  • d’un “dispositif assimilé”, c’est-à-dire des matériels connectés entre eux ou sans fil et permettant la réception de signaux, d'images ou de sons, par voie électromagnétique. Cela peut être un lecteur ou un lecteur-enregistreur DVD, un vidéo-projecteur doté d’un tuner télé/TNT, associé à un écran.

Il n’y a aucune démarche déclarative à effectuer si l’on possède un téléviseur. En revanche, si l’on ne possède pas de téléviseur, ni d’un appareil qui rend éligible à la redevance télé, alors il faut en informer l’administration fiscale en cochant la case “0RA” lors de la déclaration des revenus. S’il est déclaré à tort ne pas avoir de téléviseur, le contrevenant s’expose à une amende de 150 euros par appareil détenu.

Redevance télé et tablette

Posséder une tablette, dont l’usage peut conduire à regarder les chaînes de télévision, n’entraîne pas de taxation au titre de la redevance télé.

Redevance télé et colocation

Vivre en colocation n’entraîne pas une double taxation au titre de la contribution à l’audiovisuel public. En effet, chaque foyer est taxé une seule fois, qu’importe le nombre de cohabitants.

Avec une box Internet et un ordinateur, doit-on payer la redevance télé ?

Posséder un ordinateur et l’utiliser pour regarder les programmes de télévision ne rend pas éligible à la contribution à l'audiovisuel public. Idem pour une box Internet avec une offre de télévision. C’est uniquement la détention d’un téléviseur (ou d’un dispositif assimilé) qui entraîne la taxation.

Doit-on payer la redevance TV pour une résidence secondaire ?

Non, puisque la redevance télé est une “contribution unique”. “Elle n’est payée qu’une seule fois par foyer par le redevable de la taxe d’habitation quel que soit le nombre de téléviseurs détenus, le nombre de cohabitants, le nombre de résidence (principale ou secondaire), le propriétaire du téléviseur”, selon le ministère de l'Économie.

Faut-il effectuer le paiement de la redevance TV en cas de déménagement en cours d'année ?

Un déménagement en cours d’année ne change rien pour la contribution à l’audiovisuel public, tant que l’on possède un téléviseur ou un appareil assimilé. C’est la situation au 1er janvier de l’année qui est prise en compte pour l’établissement de la taxe. 

Plusieurs cas de figure peuvent se présenter :

  • Vous déménagez après le 1er janvier et vous possédez toujours un téléviseur : dans ce cas, vous serez toujours redevable de la redevance télé.
  • Vous déménagez après le 1er janvier (admettons en mars) et durant le déménagement vous vous séparez de votre télévision, si bien que vous n’avez plus d’appareil éligible à la contribution à l’audiovisuel public : dans ce cas, vous serez encore redevable de la redevance télé l’année du déménagement (parce qu’au 1er janvier vous étiez encore en possession du téléviseur). Vous n’aurez plus à payer la redevance les années suivantes. Mais il faudra bien penser à cocher la case correspondante lors de la déclaration des revenus pour préciser que vous n’avez plus de téléviseur.
  • Vous déménagez après le 1er janvier, vous n’aviez pas de télévision mais avez décidé d’en acheter une : dans ce cas, vous ne serez pas redevable de la redevance télé l’année du déménagement, mais les années qui suivent.
  • Vous déménagez à l’étranger et vous étiez redevable de la redevance TV : selon la date du déménagement, vous pourriez être intégralement ou partiellement redevable de la taxe audiovisuelle, selon le Bulletin officiel des finances publiques

Pourrait-on payer la redevance télé deux fois la même année ?

Non, ce n’est théoriquement pas possible. Dans le cas d’une résidence secondaire équipée d’une télé, comme la résidence principale, le contribuable ne paye qu’une seule fois. En cas de cohabitation, une seule contribution à l’audiovisuel public est due, qu’importe le nombre de colocataires. En cas de déménagement, c’est la situation au 1er janvier qui est prise en compte.

Comment ne pas payer la redevance télé ?

La première chose à faire consiste à ne pas être éligible à la redevance TV. Concrètement, cela veut dire ne pas avoir de téléviseur, mais pas que. Il faut aussi faire l'impasse sur les "appareils récepteurs de télévision et dispositifs assimilés", c'est-à-dire tous ceux qui sont susceptibles de capter des chaînes télévisuelles. Par ailleurs, il faut aussi déclarer ne pas avoir de tel appareil chez soi. Au moment de votre déclaration de revenus, pensez à cocher à la case 0RA, qui figure en début de formulaire. Si vous ne l'avez pas fait, vous pouvez la corriger en passant par oups.gouv.fr, ou le faire par voie de réclamation.

Enfin, l’autre moyen de ne pas payer la redevance télé est de remplir les conditions pour être exonéré de cette taxe.

Quand payer la redevance audiovisuelle ?

Les dates limite de paiement de la redevance télé

La date limite de paiement de la contribution à l’audiovisuel public est alignée sur celle de la taxe d’habitation, c’est-à-dire qu’elle est à payer le 15 octobre ou le 15 novembre, selon la date d’émission de l’avis de paiement.

Pourrait-on mensualiser le paiement de la redevance télé ?

Oui, il est possible de mensualiser le paiement de la redevance télé, en même temps que la taxe d’habitation. Le montant de la redevance télé sera réparti en 10 prélèvements mensuels, de janvier à octobre, débités le 15 du mois. Chaque prélèvement correspond au 10ème de l’impôt dû l’année précédente. En cas de trop-perçu, l’administration fiscale procèdera à un remboursement. L’adhésion au prélèvement mensuel peut se faire via son espace personnel sur impots.gouv.fr.