Reconstruction de Notre-Dame : combien pourraient coûter les travaux ?AFP
Les dégâts causés par l'incendie sont gigantesques. Après l'effroi, l'heure est à présent au bilan : toiture, charpente, flèche de la cathédrale… L'état de l'ensemble de la structure doit être évalué afin d'estimer le coût de sa reconstruction.
Sommaire

Notre-Dame-de-Paris en feu

Les images de Notre-Dame-de-Paris en feu. Un symbole s’est consumé sous nos yeux. Ravagé ce lundi 15 avril par un terrible incendie, de nombreux dommages s’étalant sur environ 1 000 mètres carrés environ, sont à déplorer. Car si les deux beffrois et les tours ont survécu aux flammes, la flèche, la charpente en bois, baptisée "la forêt", et une partie de la toiture ont été détruites. Des faits confirmés par Gabriel Plus, le porte-parole de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, lors d’un point presse devant le monument : le "violent feu" s’est "propagé très rapidement sur l’ensemble de la toiture", rapporte 20 Minutes.

Un évènement jugé "catastrophique" par Jean-Frédérick Grevet, architecte du patrimoine : "La charpente était d’origine et traversait les siècles depuis 800 ans. On peut la reconstruire, mais d’un point de vue historique, c’est une perte irréversible."

"La phase est désormais à l’expertise et c’est pour cette raison qu’un ensemble d’experts examine l’ensemble des structures pour constituer les phases qui suivront, à savoir la consolidation", a noté Gabriel Plus.

Car comme Emmanuel Macron l’a affirmé, Notre-Dame renaîtra de ses cendres : "Cette cathédrale, nous la rebâtirons !"

Pourra-t-elle pour autant être reconstruite à l’identique ? D’après les dires de l’historien Patrick Demouy sur Europe 1, "la décision reviendra aux spécialistes des monuments historiques : reconstruction à l’identique ou innovation pour ne pas trop charger une structure fragilisée par l’incendie".

Mais combien cela pourrait-il coûter ?

Des dommages encore difficiles à quantifier

Il est encore trop tôt pour évaluer avec certitude l’ampleur des dommages, la durée et le coût des travaux de reconstruction.

Le chantier qui était en cours, et qui visait la rénovation de la flèche, des statues des saints et l'arrière de la cathédrale, peut toutefois nous servir de base de calcul. Sachant que celui-ci était estimé à 150 millions d’euros, on peut donc en déduire que la phase de réédification s’élèvera à plusieurs centaines de millions d’euros, voire beaucoup plus, stipule RTL.

"Il est trop hasardeux de donner une estimation", prévient toutefois l’architecte du patrimoine.

D’après lui, il faudrait par ailleurs une vingtaine d’années pour restaurer et reconstruire Notre-Dame-de-Paris.

Si la cathédrale appartient à l’État, elle est toutefois entretenue quotidiennement par une entreprise de 67 personnes et gérée par un recteur. Son budget annuel de 5 millions d’euros (alimenté par la vente de cierges et les offrandes), ne suffira donc évidemment pas à palier les dégâts causés par ce terrible incendie.

Comment les fonds pourront-ils alors être réunis ?

Il faudra compter sur les donations

Cagnottes, promesses de dons et souscription nationale. "Dès demain une souscription nationale sera lancée", a annoncé Emmanuel Macron, ce lundi 15 avril peu avant minuit, en vue de financer la reconstruction du monument historique, cite Le Monde. Celle-ci permettra sans doute de bénéficier d’avantages fiscaux, permettant de déduire des impôts les sommes versées.

Ce mardi 16 avril au matin, les promesses de dons abondaient. Anne Hidalgo, la Maire de Paris a ainsi assuré une contribution de 50 millions d’euros de la Ville. Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France a quant à elle assuré débloquer 10 millions d’euros d’"aide d’urgence pour aider l’archevêché à faire les premiers travaux".

La fondation du patrimoine a également ouvert un outil de collecte de dons en ligne, en France et à l’international : plus de 500 000 euros ont déjà été récoltés.

Entreprises et grandes fortunes au secours de Notre-Dame

Pouvant profiter d’une fiscalité très avantageuse, de nombreuses entreprises mécènes et riches familles ont déclaré apporter leur soutien.

La famille Pinault a ainsi promis 100 millions, tout comme le groupe Total. LVMH et Arnault le double, soit 200 millions chacun.

S’y ajoutent les dons de 10 millions d’euros de Martin et Olivier Bouygues qui, selon Le Monde, ont assuré se mobiliser "à titre personnel" via leur holding familiale, SCDM.

Idem pour le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, contrôlant la société d’investissement Fimalac, qui souhaite participer à "l’effort national de reconstruction".

Les membres de JCDEcaux Holding apporteront 20 millions d’euros, annonce Le Figaro. Le géant informatique CapGemini ? 1 million d’euros.

S’ajoutent aussi à la liste des futurs donateurs quelques banques : Crédit Agricole Île-de-France (5 millions), Crédit Mutuel, Société générale, BNP Paribas.

A ce jour, plus de 600 millions d’euros de promesses de dons ont ainsi été annoncées !