Ecouter l'article :

Pour bien des contribuables, le confinement a rendu la déclaration de revenus complexes. A Marseille, la situation est… effrayante.
Impôts : pourquoi il ne vaut mieux pas être marseillais en ce momentIllustrationIstock

Ils souhaitent rencontrer un conseiller… et c’est peut-être une très mauvaise idée. Comme souvent, les Françaises et les Français qui ont le plus de mal avec internet préfèrent faire corriger leur déclaration de revenu en face à face. Hélas, ce n’est parfois pas la panacée. Bien au contraire, ces derniers temps cela peut même s’avérer - autrement - plus complexe que de le faire en ligne, rapporte Capital.

Le magazine spécialisé, qui se base sur les informations du quotidien régional La Provence, a décidé de s’attarder sur la situation à Marseille, où le problème est grave. "Les files d’attentes s’allongent tant que certains ont été contraints de poser un jour de congé pour parvenir au guichet", écrivent nos confrères.

Qui sont les plus touchés, à Marseille ?

La situation est d’autant plus inquiétante qu’elle concerne essentiellement les habitants des IIème, IIIème, XIVème, XVème et XVIème arrondissement de la cité Phocéenne. Soit des quartiers frappés par une grande fragilité sociale.

D’après Capital, tout ceci n’a rien d’étonnant. Le confinement, explique le magazine, a bloqué tous les contribuables qui auraient pu souhaiter réaliser leur déclaration en agence, puisque le centre était clos du 18 mars au 29 juin. Ce à quoi s’ajoute aussi la mise en place d’un système de déclaration automatique - à échelle nationale -, qui a pu dérouter les imposables restés habitués au précédent modèle.

Par ailleurs, le Covid implique un certains nombre de gestes barrière qui, aujourd’hui encore, ne permettent pas d’approcher un conseiller facilement...

Obtenez le guide pour investir dans l'immobilier et réduire vos impôts jusqu'à 6000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.