Le compteur intelligent d'Enedis compte bien des ennemis. A Yerres, le maire a même choisi de mobiliser la police municipale pour empêcher la pose de Linky.
Dans cette ville, la police aussi est contre LinkyTumblr

Depuis 2016, ils résistent contre le petit envahisseur vert. A Yerres, dans l'Essonne (Île-de-France), les habitants sont, semble-t-il, résolument anti-Linky. Ou, du moins, c'est le cas de leur maire, explique Capital.

Ce n'est pas la première fois que le compteur intelligent d'Enedis s'attire les foudres des Françaises et des Français. L'opposition au boitier vert d'Enedis s'est petit à petit organisé, au point dorénavant de faire l'objet d'études à part entière, visant à identifier les enjeux politiques autant qu'à brosser le portrait des militants. Mais cette petite municipalité de la banlieue parisienne est particulièrement remontée contre la filiale d'EDF. 

Là-bas, les habitants ne se contentent pas de barricader leurs anciens compteurs…

Le maire mobilise la police pour empêcher la pose des compteurs Linky

"Notre commune s'oppose au déploiement de ce type de compteurs, par une délibération datant de 2016, et qui est toujours en vigueur sur la ville", insiste d'ailleurs la commune qui fait partie de celles - nombreuses - à avoir pris un arrêté et mis en place certaines mesures contre le dispositif intelligent d'Enedis.

Parce qu'il entend protéger ses administrés, Olivier Clodong (aujourd'hui sans étiquettes, auparavant Debout La France) n'hésite pas à envoyer la police pour bloquer la route aux techniciens d'Enedis. Il le fait, précise le mensuel spécialisé en économie qui se base sur les informations du Parisien, sur demande des résidents. "Cela doit représenter une dizaine d'interventions par mois", précise-t-il.

GRATUIT, simple et rapide : Trouvez le bien immobilier pour investir ou habiter

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.