Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire l'a promis : pour lutter contre les "passoires thermiques", elle devrait débloquer 200 millions d'euros. De quoi se frotter les mains et remplir le portefeuille ? Pas sûr.
AFP

"Passoires thermiques" : la ministre promet 200 millions d'euros

Vous entendez rénover votre appartement ? C'est peut-être le bon moment ! Elisabeth Borne,  qui a fraîchement repris le ministère de la Transition écologique et solidaire après le départ d'un François de Rugy démissionnaire, s'est engagée à débloquer 200 millions d'euros pour lutter contre les "passoires thermiques", rapporte le mensuel spécialisé en économie Capital. Objectif ? Épauler les Françaises et les Français qui entreprennent des projets de rénovation énergétique. 

Concrètement, il s'agit de "financer un nouveau service d'accompagnement pour la rénovation énergétique afin de faciliter la vie des Français, pour qu'ils soient bien conseillés et qu'ils aient des solutions clés en main", explique la ministre au Journal du Dimanche (JdD, article abonné), non sans rappeler que "le secteur du bâtiment concentre 25% de nos émissions de CO2". "Les bâtiments mal isolés concernent 4 millions de ménages", poursuit-elle encore.

Pour autant, cela ne signifie pas que - même eux, les principaux concernés - constateront un réel changement du côté de leurs finances. Au contraire, même ! Comme le précise le mensuel, cet argent "n'ira pas directement dans la poche des propriétaires"... Comptez plutôt sur des "campagnes de sensibilisation" à l'attention des professionnels qui ont fait de la rénovation leur activité principale, mais aussi des "guichets" pensés pour "accompagner et conseiller" les particuliers, note Capital.

Le projet, a fait savoir Elisabeth Borne, doit se concrétiser à l'orée de l'année 2020 et devrait se se poursuivre jusqu'en 2024 .

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.