Les mois de l'année 2005

Archives : 2005

Abbey Road

"Le thème de mes obsessions est toujours en lien avec lieu précis. L'Abbaye de Maubuisson, ici, pose beaucoup de questions. C'est étonnant d'exposer ici, en articulant le patrimoine avec la création contemporaine. L'idée de travailler avec la mémoire, ce n'est pas être passéiste. C'est rendre compte de tout le cheminement pour en arriver là. Quel en est le sens aujourd'hui ?", explique Anne Deguelle, artiste.Notre-Dame-la-Royale, plus connue sous le nom d'Abbaye de Maubuisson, fut fondée par Blanche de Castille, en 1236 près de Pontoise. Rattachée à l'ordre des cisterciens, elle était réservée aux jeunes femmes de bonne famille qui observèrent la stricte règle de Saint-Benoît jusqu'à la révolution française. "Au XIXe siècle, l'abbaye a subi différentes utilisations plus ou moins destructrices, jusqu'à son dynamitage en pleine époque Haussmannienne et la vente une à une de ses pierres, acheminées directement par l'Oise", explique Caroline Coll-Seror, chargée de la direction artistique de l'abbaye de Maubuisson. Avant guerre, la Baronne de Rothschild crée dans l'ancienne hôtellerie une maison d'accueil pour enfants, toujours en activité. En 1977, le département du Val d'Oise acquiert le reste du domaine qui ouvre au public après dix ans de fouille et de restauration. De l'église abbatiale, il ne reste qu'un pilier solitaire. Au milieu du parc de dix hectares, la grange du XIIIe siècle, l'aile Est du carré claustral comprenant la salle capitulaire, le parloir, l'ancien passage entre cloître et jardin et la salle dite des religieuses, ainsi que les latrines, parmi les deux plus anciennes de France, ont été conservées. Depuis 2000, la vocation culturelle du lieu s'est recentrée sur l'art contemporain et, depuis l'an dernier, un artiste est invité à s'emparer du lieu, cinq mois durant. Les morceaux d'Histoire choisie et revisitée par Anne Deguelle ont trois fils directeurs intimement mêlés entre eux. Et l'on reparle de la couleur Blanche, de la condition de la femme et de l'eau... Sur le mur de l'antichambre, un magnifique nénuphar éclate de tout son blanc immaculé. Le plan fixe de la vidéo montre toutes les étapes de la vie de la fleur, du bouton à son épanouissement, jusqu'au moment où elle se fane et retourne à la poussière. Avec beaucoup de poésie, Anne Deguelle interprète le thème classique de la "Vanité" en y associant la pureté de la couleur virginale de cette fleur qui vit d'eau. Puis l'on découvre sous nos pieds, couler sans discontinuer, le ru sur lequel le site est construit : nous voici déjà dans les fameuses latrines. Les images de ruisseaux, de reflets, d'écoulement, de transparence, etc., défilent. Anne Deguelle les a captés au fur et à mesure de la découverte du site et les a montés avec l'interview de Monique Wabont, archéologue spécialiste des réseaux hydrauliques de l'abbaye. Le film s'intitule simplement "Maubuisson". En même temps que cette flânerie au fil de l'eau, il explique d'incroyables détails sur la conception du bâtiment et l'organisation de la vie des moniales.

Voyages d'hiver

Neige & glaces L'hiver, c'est la saison du grand Sud, de l'Antarctique ! Plusieurs propositions existent sur le marché et il n'est donc pas nécessaire de prendre la plus chère. Celle d'Apsara notamment, sur un brise glace russe, pour 29 jours à partir de l'Australie. A partir de 19 500 Euros. Autre solution, un petit bijou de bateau armé pour tenir tête aux icebergs et qui se glisse dans les fjords abrupts des terres australes de l'Amérique du Sud. C'est le "Diamant". A partir de 4 235 Euros le forfait de 18 nuits, par Santiago et Buenos Aires. Avec la Compagnie des îles du Ponant ou par téléphone 0 821 20 30 40 Apsara, tél. : 01 47 70 26 55 Mais l'hiver, c'est aussi le bon moment pour le Grand Nord en Norvège par exemple: Tromsö en est la ville la plus trépidante, à 400 km an nord du Cercle polaire! C'est de là que l'on peut embarquer sur l'Express côtier pour une croisière vers le cap Nord avec une expédition en traîneau et même une pêche au crabe géant. Avec Hurtigruten ou par téléphone 01 58 30 86 86 En Finlande, c'est Ivalo qui vous attend, au bout d'un vol direct sur Finnair. Idéal pour partir en moto neige, à partir du petit village de Saariselka, vers le lac Inari. Une fois sur place, vous rencontrerez des Samis et vous reposerez dans un hôtel douillet. Avec Nortours ou par téléphone 01 49 24 05 97 Les amoureux du Québec iront dans les Hautes Laurentides, pour apprendre à maîtriser un attelage de toutous, pêcher au trou et frire le poisson sur un feu de bois, comme un vrai trappeur. Avec www.terdav.com ou par téléphone 0825 847 800 Après le Ice bar de Hong-Kong où il fait - 30° en plein été, c'est Dubaï qui se met au ski. Eh oui, la cité du désert a maintenant une station couverte réfrigérée et une piste de 400 mètres ! Pour vrais amateurs seulement ! Avec www.kuoni-emotions.com ou par téléphone 01 42 85 60 00 Pour finir, le must de l'hiver, un bain dans le Lagon bleu, près de Reykjavik, la ville branchée de l'hiver. Plusieurs TO programment l'Islande. Parmi eux, Bennett Voyages, par exemple ou Voyageurs en Europe.

La fidélité ou l'amour à vif

Vaut-il mieux rester fidèle sans sincérité ou demeurer sincère sans fidélité ? Aie ! Nous voilà directement dans le vif d'un sujet qui nous concerne toutes, les femmes qui font des escapades, les femmes d'hommes qui vont voir ailleurs et celles qui pensent qu'on ne peut jurer de rien. Cette question est posée par le philosophe Wladimir Jankélévitch et sert de préface au dernier livre de Michela Marzano, chercheuse au CNRS, La fidélité ou l'amour à vif. Ce livre explore les notions de fidélité, de confiance, de promesse, d'engagement, et sur nos capacités à les tenir, ou pas. Au travers d'exemples puisés dans la littérature, réservoir infini d'héroïnes écartelées entre infidélité et sacrifice, Michela Marzano nous ouvre des pistes et tente de régler son compte à la culpabilité. On a voulu savoir ce que les femmes pensaient du sujet, mais pas question de cuisiner les filles du bureau, pas de confessions devant la machine à café ! On voulait du vrai et on a invité Marion, Cécile et Betty à lire La fidélité, puis à nous retrouver autour d'un café... Marion ne vit pas avec son amoureux qu'elle aime tendrement depuis dix sept ans et il le lui rend bien, à sa façon. Ils se voient tout le temps, partagent un tas de choses et pas mal de connivence, ils sont médecins tous les deux. Mais depuis six mois, une fille beaucoup plus jeune a déboulé dans la vie de François, une fille qui s'accroche et à laquelle il n'a pas pu résister. Classique.