Le spécialiste français des tueurs en série Stéphane Bourgoin a dressé le profil de Jonathann Daval. Le 30 janvier, ce dernier a avoué avoir tué sa femme.

Stéphane Bourgouin est une sorte de spécialiste français des tueurs en série depuis près de 30 ans. Interviewé par Télé Loisirs, l’homme a tiré le profil de Jonathann Daval, qui a avoué le 30 janvier dernier avoir étranglé sa femme, Alexia.

En se basant sur son expérience professionnelle au cours de laquelle il a été amené à renconter des dizaines de tueurs en série, le profiler estime que le meurtrier présumé d'Alexia Daval serait un "homme cynique et manipulateur, qui a paradé avec ses pleurs pendant des mois avant d’avouer son crime."

Publicité
Publicité

Il n'hésite pas à faire des comparaisons avec d'autres affaires criminelles célèbres : "On se rappelle d'Emile Louis, plus récemment de Cécile Bourgeon dans l'affaire Fiona, qui ont, comme Jonathann Daval, pleuré en direct devant des caméras."

"Il repensait à son acte"

Stéphane Bourgouin livre également son analyse sur la façon dont s'est déroulé le meurtre qu'il juge elle aussi "cynique" : "Il étrangle Alexia Daval, puis lui met un short et ses chaussures de jogging. Il prend son téléphone pour envoyer des SMS à sa sœur pour lui faire croire qu'elle passerait voir ses parents. […] Il a même essayé de la calciner et a été pris à son propre piège." Le technicien informatique nie être responsable de la carbonisation du corps de son épouse. 

Selon Stéphane Bourgouin, si Jonathann Daval était accablé par la tristesse c’est uniquement car il "pleurait de sa propre situation, il repensait à son acte."

Le profiler n’estime pas pour autant que Jonathann Daval soit un réel tueur en série : "C'est quelqu'un qui a tué une fois, et qui ne tuera qu'une fois. Il a tué dans des circonstances particulières, et pour moi son acte n'a pas été prémédité."

Pour l’heure, l’audition de Jonathann Daval qui devait avoir lieu ce jeudi a été reportée à cause des intempéries, a annoncé le parquet de Besançon à l’AFP.

En vidéo - Daval, trois mois de mensonges