Un premier trimestre médiocre

Le premier trimestre s'achève. L'heure des bilans. Et le bilan est médiocre sur les marchés financiers. Les investisseurs veulent déjà oublier ce début d'année. La plupart des indices finissent le trimestre dans le rouge et la volatilité, l'indice de peur des marchés, est revenue en force.

QUELQUES CHIFFRES

Le CAC finit le trimestre en baisse en baisse de 2.73%, l'eurostoxx 50 de 4.07%, avec un Dax en chute de 6.35% et un indice anglais en baisse de 8.21%. Pas mieux du côté de l'Asie avec une baisse du Nikkei de 7.05%. Côté US, le S&P finit en baisse de 1.22% et le Nasdaq est parvenu à rester dans le vert malgré la chute récente des grandes valeurs de la tech.

LES ÉLÉMENTS D'INCERTITUDE

qui ont pesé sur le marché ce trimestre étaient nombreux. On a commencé avec les craintes de retour de l'inflation suite aux hausses des salaires aux États-Unis, on a continué avec les craintes de guerre commerciale après les taxes sur l'acier et l'aluminium décidées par Donald Trump et les mesures prises à l'encontre de la Chine, puis on a eu les difficultés de Facebook et les attaques contre d'autres géants de la tech américaine comme Amazon.

CORRECTION OU RENVERSEMENT DE TENDANCE ?

C'est évidemment la grande question qui va se poser en ce début de deuxième trimestre. Pour l'instant, compte tenu de l'ampleur de la baisse par rapport à la hausse spectaculaire des derniers mois et des dernières années, on ne peut évidemment parler que de correction. Impossible donc à ce stade d'évoquer encore un renversement de tendance.

LE MYSTÈRE DES ACTIONS EUROPÉENNES

La sous performance des marchés européens me surprend. Un des évènements majeurs des derniers mois, c’est quand même le retournement complet de la situation en Europe. Retournement politique bien sûr mais retournement économique aussi. L’Europe délivre. Elle atteint des taux de croissance à l’américaine. Son chômage se replie, de façon spectaculaire évidemment en Allemagne et dans les pays d’Europe du Nord mais il se replie même chez les anciens cancres. Mais il y a une chose qui ne bouge pas et c’est quand même très difficile à comprendre, ce sont les indices européens. Dans l’absolu. Et surtout par rapport aux indices américains.

PEU D'EXPLICATIONS VALABLES

Sur un an, si on prend le S&P 500 et l’EuroStoxx 600, on a un écart de près de 15%. Alors qu’on a aux États Unis des remontées de taux plus importantes, une politique monétaire plus restrictive, des valorisations déjà relativement élevées et une présidence pour le moins chaotique. Et que les investisseurs considèrent plutôt l’Europe et en particulier la zone Euro comme une zone nouvelle de stabilité, une stabilité renforcée par l’axe franco-allemand et ce malgré l’instabilité politique en Italie. Certes la hausse de l’euro pèse un peu sur les résultats de certaines entreprises européennes mais c’est un peu court. Certes l’Allemagne a dernièrement beaucoup souffert de la guerre commerciale avec un DAX en baisse de 8% depuis le début d’année. Mais d’un autre côté les indices boursiers européens, pour des mauvaises raisons, sont moins exposés à la technologie, et ne souffrent pas des secousses récentes de la tech. Non. Tout cela est très étonnant. L’enthousiasme des investisseurs depuis un an pour l’Europe ne s’exprime pas vraiment sur les indices boursiers.

LA RÉFORME DES RETRAITES PATINE

Le gouvernement a ralenti le rythme des concertations sur la réforme des retraites. Et elle devrait donc prendre du retard. La volonté probablement de régler d'abord le sujet de la SNCF et le bras de fer avec les cheminots avant d'ouvrir un autre front sensible. Il ne faudrait quand même pas que le calendrier de cette réforme majeure dérape de façon significative.

L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

1.5 milliards d'euros. C'est le montant que le gouvernement prévoit d'investir dans l'intelligence artificielle d'ici 2022. Emmanuel Macron l'a annoncé hier après la remise du rapport de Cédric Villani. Il ne s'agit néanmoins pas de fonds nouveaux puisque cet argent vient des 10 milliards d'euros déjà prévus pour le fonds pour l'innovation.

C'EST VOTRE ARGENT EXCEPTIONNEL

On rejoue la semaine et on vous donne des conseils avec nos Jedi de l'économie et de la Finance : Jérome Fauvel, Responsable Small Caps de La Française ; Hervé Goulletquer Stratégiste chez LBPAM; Mourtaza ASAD-SYED, directeur des investissements, Yomoni ; Mabrouk Chetouane Responsable de la Recherche et de la Stratégie pour BFT IM, filiale d'Amundi ; Emmanuel LECHYPRE et Laure Closier. A ne pas manquer. 19h sur BFM Business.

ON S'EN FOUT ?

L'action Tesla a chuté de 15% en 2 jours ; Les marchés financiers sont fermés aujourd'hui, c'est Good Friday ; Netflix pourrait reprendre EuropaCorp de Besson ; Lelandais avoue le meurtre du caporal Noyer ; Sarkozy est renvoyé devant le tribunal correctionnel pour l'affaire des écoutes ; la chasse aux oeufs va commencer ; bonne mini série sur Netflix : Collateral ; je n'en peux plus de l'héritage de Johnny .

Edito publié sur MonFinancier.com le 30/03/2018.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet