Le rapport de la commission d'enquête sur les attentats de 2015 révèle toutes les attaques avortées en France depuis un an ainsi que les cibles des terroristes. Parmi ces djihadistes, quatres jeunes femmes - dont trois mineures - qui projetaient d'attaquer une salle de concert, deux cafés et un centre commercial à Paris.
Terrorisme : ces attentats auxquels on a échappé depuis un an

Port-Vendres (juillet 2015)

1/6
Port-Vendres (juillet 2015)

Régulièrement, le ministre de l'Intérieur annonce des tentatives déjouées d'attentat sur le territoire national sans en donner les détails. Mais cette fois-ci, on en sait un peu plus grâce au Figaro qui dévoile le rapport de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015. 

Toulon (octobre 2015)

2/6
Toulon (octobre 2015)

Parmi ces attentats déjoués, celui de Port-Vendres, l'année dernière. Trois jeunes ont été écroués, soupçonnés d'avoir voulu attaquer le sémaphore de Fort Béar, un camp militaire des Pyrénées-Orientales où l'un d'eux avait officié en tant que marin.

Orléans (décembre 2015)

3/6
Orléans (décembre 2015)

En octobre 2015, Hakim Marnissi est arrêté à Toulon. En garde à vue, le jeune homme de 25 ans confesse avoir été en contact avec un djihadiste français en Syrie et avoir projeté d'attaquer des militaires de la base navale de Toulon. L'individu avait reçu un couteau de combat et deux cagoules par voie postale, mais été surveillé depuis sa radicalisation.

Tours, (décembre 2015)

4/6
Tours, (décembre 2015)

Un mois après les attentats de novembre à Paris, la DGSI arrête à Orléans Rodrigue D. et Karim K., deux hommes qui projetaient de s'attaquer à des militaires et des policiers orléanais. L e rapport de la commission d'enquête dévoile que "tout en minimisant son implication dans ce projet", Karim K. a reconnu vouloir assassiner le préfet du Loiret et s'attaquer à une centrale nucléaire, sans qu'on sache laquelle.